Diète sans fodmap, premières impressions

Je fais maintenant la diète sans fodmap depuis quelques semaines. Je suis les recettes de SosCuisine, et je prends des idées dans le livre. Mon copain est bien content de manger un peu plus varié, et moi aussi, je retrouve l’envie de manger ainsi que le plaisir de cuisiner.

Je dois vous avouer, je n’ai pas fait la phase d’élimination. Je l’aurais fait si j’avais habité seule, mais comme nous sommes plusieurs à la maison, je trouvais cela trop contraignant, je ne me voyais pas faire 2 ou 3 repas le soir après le boulot.

J’ai donc pris la liste des aliments à haute teneur en fodmap et je les mange soit en collation, soit jumellé à des aliments « safes » pendant 3 jours d’affilé. Ça m’a permis d’identifier quelques coupables. L’oignon, l’ail et les raisins. Je soupçonne aussi les champignons, mais je dois les tester en 3 jours.

J’ai aussi testé à nouveau le lactose. Je croyais que ça passait, mais finalement, après quelques jours à manger du fromage et boire du lait, mon ventre avait gonflé, j’avais très mal et je me sentais lourde et plus fatiguée. Une journée j’ai voulu manger du yogourt aux cerises. Grosse erreur. J’ai eu tellement mal au coeur que j’ai eu du mal à finir ma journée de travail. Depuis le début de la semaine, je suis retournée au sans lactose et je vais mieux. Je pense donc que je peux tolérer une petite quantité lors d’une sortie, mais pas au quotidien.

Les derniers jours ont été très occupé, souper en famille, fête d’anniversaire en plus des visiteurs, j’ai donc porté moins attention à ce que je mangeais, et je sens que je paie pour.

En conclusion, quoique la diète soit contraignante, je vois des résultats. Je me sens mieux et j’arrive à manger plus varié. J’ai toujours mal à la gorge, mais mes selles sont plus règulières et je n’ai pas eu de perte de sang depuis un mois. Je vais donc continuer sur cette lancée. À partir de la semaine prochaine, je reprends les menus, ainsi que les essais sur 3 jours. Bientôt, j’aurai identifié tous les coupables!

Reflux et fodmaps

Me voici de retour. Eh oui. Moi qui croyait que le sans lactose résoudrait tout. Je continue de souffrir de plusieurs symptômes chaque fois que je mange.

Depuis quelques mois, j’avais des nausées et vomissements récurrents, ainsi que des maux d’estomac, du reflux presque constant et les intestins qui brûlaient. Ballonnements toujours au rendez-vous, et les selles on en parle pas.

J’ai finalement pu revoir le gastro-entérologue. Il soupçonne des ulcers d’estomac et dans l’oesophage. Me voici avec une diète, pas d’épices, pas de gras, pas d’aliments acides, et on coupe le lactose. Je mange de moins en moins, et surtout, pas de variété… Je décide de prendre rendez-vous avec ma nutritionniste.

Après 2 semaines, je finis par la voir. J’ai perdu 25 livres en 5 mois. Elle me suggère d’ajouter des probiotiques au lait de mes céréales du matin. Et on se revoit dans un mois. Après avoir obtenu les résultats de mes prises de sang, j’ai repris rendez-vous avec elle.

On s’est vu hier soir. Mes prises de sang montrent que l’inflammation a diminué, mon taux de fer a remonté, mais la douleur est toujours là. Je mange des cheerios multigrains et du lait sans lactose, aucun fruit, des légumes cuits seulement, du riz blanc, des pâtes à la margarine, et des viandes grillés. Mes repas sont presque tous pareil. Plus de plaisir à manger, plus de sorties en famille… J’ai perdu un peu plus de 30 livres.

Elle m’a donc suggéré d’essayer l’alimentation sans fodmap. Je viens de m’informer sur le sujet et de m’inscrire sur le site de SOS Cuisine. Une fois de plus, je compte vous tenir au courant de l’évolution de tout ça, en espérant que mes aventures alimentaires puissent aider quelqu’un.

 

Résultats

Bonjour à tous!

J’ai finalement reçu mes résultats. Et je ne suis pas coeliaque. Et je ne semble pas être intolérante au gluten non plus!

Vous vous rappelez qu’après la reprise du sans gluten j’étais toujours malade? Peu de temps après, j’ai su que ma prise de sang était normale.

Je me suis donc mise à réfléchir. Qu’est-ce qui pouvait me rendre malade. J’avais mangé sans gluten pendant plus de 3 ans et j’allais bien. Pourquoi plus maintenant?

J’ai finalement eu un déclic. Avant, je mangeais sans gluten ET sans lactose. En reprenant le gluten, j’avais repris le lactose. Et cette fois, je coupais que le gluten.

Il restait alors 3 semaines avant mon rendez-vous avec le gastroentérologue. J’ai décidé de reprendre le gluten et couper le lactose.

J’ai vu une différence en quelques jours. Moins de ballonnements et des selles formées. J’ai encore du reflux et des selles liquides à l’occasion. Mais plus 3 ou 4 fois par jour au point de devoir quitter le travail.

Quand j’ai expliqué tout ça au gastroentérologue, il était d’accord avec mon raisonnement. Donc on continue comme ça pour le moment. Et au moindre symptôme différent, je l’appelle.

Pour ce qui est de ma biopsie, il m’a dit qu’il y a des petites modifications à mon estomac et aux intestins, mais rien qui permette de poser un diagnostic.

De tout ça, il faut retenir qu’il est vraiment préférable de couper une seule sorte d’aliments à la fois!

Reprise du régime: mes impressions

Depuis deux semaines j’ai repris le régime sans gluten. Je suis toujours en attente des résultats de la biopsie ET de la prise de sang.

Les premiers jours, j’étais contente de m’y remettre, je me sentais tellement mieux physiquement. Mon ventre désenflait, je n’avais plus la nausée, ni de ballonnements, et mes passages à la salle de bain redevenait normaux. Par contre, je ne me rappelais pas que c’était si contraignant au début.

Avant le challenge, c’était devenu ma normalité. Et je vivais chez moi la semaine, chez mon chum le week-end, donc c’était quand même simple. Mais maintenant, j’habite chez lui à temps plein. Et même si lui me dit et répète constamment que ça ne le dérange pas, je trouve ça compliqué. Surtout quand on doit manger rapidement ou en chemin.

Ce week-end, nous allions à Gatineau pour l’Halloween et nous dormions dans sa famille. On est arrêté à l’épicerie en chemin et j’ai acheté 2 repas congelés et une boîte de céréales. Ça m’a permis de manger chez eux sans leur imposer mes allergies. Ils ont posé beaucoup de questions pour pouvoir cuisiner pour moi la prochaine fois.

À la maison, on s’organise doucement. J’ai ma tablette dans le garde-manger. Et ans le frigo, mes pots sont identifiés sans gluten. Mon amoureux sait qu’il doit utiliser ceux-là s’il cuisine pour moi. Au besoin, il me questionne. Il est très attentif. Mais j’avoue que ça me manque de pouvoir prendre la ligne et « caller » une pizza quand on a pas envie de cuisiner.

Jeudi dernier, on devait se rendre à Montréal pour la journée. Les choix pour manger en chemin étaient restreints. Surtout qu’ayant travaillé chez St-Hubert, mon chum en a fait une overdose… On a fini au McDo où j’ai expliqué de long en large mes allergies à la caissière. J’ai mangé une salade pré-emballé avec de la vinaigrette balsamique. (Je n’ai eu aucun symptôme ensuite)

Parcontre, depuis 3 jours, mon appétit a beaucoup diminué, j’ai la nausée après chaque repas, et depuis dimanche, mes selles sont liquides. J’ai bu un ceasar samedi soir, la vodka est supposée être sans gluten, le clamato aussi et le rimmer venait d’épicure. En principe, tout devrait être safe, alors je ne sais pas d’où ça peut venir. J’ai vraiment hâte d’avoir mes résultats pour mettre de l’ordre dans tout ça. Je me demande si ce n’est pas juste mon corps qui doit se réhabituer au régime sans gluten après 6 mois de challenge… C’est triste de manger quand ça nous rend malade…

Donc voici où j’en suis après deux semaines, et désolée si mon post est un peu décousu, ma tête l’est aussi!

Gastroscopie et biopsie: mon rapport!

Voilà, c’est fait. Et pour une fois, je peux dire que tout s’est bien déroulé. Comme convenu, je vous raconte.

Mardi matin, je me suis levée, et je devais être à jeun. J’ai donc évité de boire et de manger. Mon rendez-vous était à 10h45, au CLSC de ma région. La secrétaire m’avait demandé d’arriver 30 minutes d’avance, donc 10h15. Je suis arrivée vers 10h, et on m’a dirigé à l’accueil. J’ai signé les consentements et renouvelé ma carte d’hôpital. Ensuite, je suis passée dans une seconde salle d’attente.

On m’avait remis mon dossier à mettre dans un pigeonnier que je n’ai pas trouvé du premier coup. En le cherchant, je suis entrée dans la salle de réveil par erreur. Voir les lits et les machines m’a un peu troublé sur le moment, mais tout le monde avait l’air en forme et ça m’a finalement rassurée.

Je me suis assise avec ma mère dans la salle d’attente. Ma mère devait m’accompagner parce que mon gastro-entérologue fait les gastroscopies sous sédatif et c’est interdit de conduire pour les 24 heures suivante. Environ 10 minutes plus tard, on est venu me chercher. L’infirmière nous a expliqué qu’il y avait environ 10 minutes de préparation (prise de tention, installation du soluté…), 20 minutes de test et un 30 minutes pour le réveil. Ma mère pouvait donc quitter et revenir une heure plus tard.

Je suis passée dans la salle de réveil où j’ai enfilé une jaquette et je me suis allongée. Moins de 5 minutes plus tard, une infirmière est venue poser mon soluté. Normalement, c’est l’enfer, mes veines sont invisibles et ça me rendait très nerveuse puisque la semaine d’avant, lors de ma prise de sang pour les anticorps, ils ont dû la faire sur ma main, mais finalement, elle a réussi du premier coup. Ensuite une deuxième infirmière est venue m’expliquer la procédure. On allait geler ma gorge, injecter le calmant dans mon soluté puis je devrais avaler la caméra et ensuite, relaxer le temps que le médecin se rende aux intestins et prenne ses échantillons.

Peu après, j’ai été transféré dans la salle où la gastroscopie se ferait. Mon médecin est venu me voir, prendre de mes nouvelles, il m’a questionné sur mon challenge et m’a examiné un peu. Il était surpris de voir comment j’avais gonflé beaucoup mais surtout de la prise de poids durant le challenge. J’ai pris environ 30 livres. Puis il m’a gelé la gorge. Déjà, juste en introduisant le bâton dans ma gorge pour permettre au spray de se rendre, mon gag reflex était fort. Ils ont alors décidé de me donner un peu plus de calmant. Pendant que ma gorge gelait, j’avais l’impression qu’elle serrait. C’est normal. C’est le moment le plus difficile selon moi. Je dois combattre la panique. Mais l’infirmière était vraiment gentille. Je lui avais dit que c’est ce qui me fait le plus peur, j’ai l’impression de mal respirer, alors elle est restée près de moi.

Puis le médecin lui a demandé d’injecter le calmant. Normalement, j’aurais dû être consciente durant l’intervention, mais aussitôt qu’elle l’a injecté, je me suis « endormie ». Je n’ai eu conscience de rien. J’ai repris conscience alors qu’on retirait la caméra de ma gorge. J’ai demandé si c’était terminé, on m’a dit que oui et je me suis rendormie. Je me suis réveillée dans la salle de réveil quand la machine à pression a gonflé autour de mon bras. Pendant les 30 minutes suivantes, j’ai dormi et je me réveillais seulement quand la machine vérifiait ma pression.

Finalement, quand j’ai été complètement réveillée, l’infirmière est venue me voir. Elle m’a dit que tout allait bien, et que le médecin viendrait me voir pour autoriser mon départ. Quelques minutes plus tard, il est venu me dire que mes échantillons avaient été pris, et qu’il me contacterait vers Noël avec les résultats et de revenir le voir en janvier. Il m’a aussi demandé d’essayer de perdre du poids d’ici là, mais c’était déjà prévu. Il a aussi ajouté que je dois reprendre le régime sans gluten strict en attendant les résultats. C’était aussi mon intention.

Pour le reste de la journée, je me suis sentie fatiguée et la gorge irritée mais rien de très achalant. Depuis, je mange sans gluten et mon ventre a désenflé. Je me sens moins ballonnée aussi et mes selles sont redevenues normales. Ça fait beaucoup de bien. J’ai plus d’énergie aussi. J’attends les résultats avec impatience mais coeliaque ou non, je suis pas mal convaincue d’être intolérante au gluten!

Enfin, biopsie planifiée!

Après 5 mois de challenge, j’ai enfin obtenue le rendez-vous tant attendu.
Le 20 octobre prochain, je passerai donc ma biopsie.

Ce matin, n’en pouvant plus des nombreux symptômes, j’ai appelé le CLSC et une fois que je leur ai expliqué où j’en étais, la secrétaire a tout fait pour me trouver un p’tit trou.

Pour ce test, je devrai être à jeun. Le médecin me donnera un calmant avant de me faire avaler la caméra. En chemin, il jettera un coup d’oeil à mes ulcers puis descendra jusqu’aux intestins pour prendre 5 échantillons.

Je ne sais pas dans combien de temps j’aurai les résultats mais j’ai vraiment hâte d’en savoir plus.

Avant de vous quitter, voici une anecdote. J’ai pris 25 livres depuis le début du challenge. Ayant prévu de tout faire pour perdre ce poids après la biopsie, je voulais acheter le moins de vêtements possible. La semaine dernière, tannée que mon zip descende, j’ai tenté le truc de l’anneau de porte-clé… Mauvaise idée, mon zip s’est arraché et j’ai fini ma journée de travail le jean ouvert… ! J’ai pas eu le choix d’aller m’acheter 2 jeans de la taille au-dessus! 

Challenge au gluten: 2 mois

J’écris peu dernièrement. Comme je ne teste pas de nouveaux aliments, restos, etc, je ne sais pas de quoi vous parler. Mais aujourd’hui, je vais vous parler de la suite de mon challenge au gluten.

Après 2 mois, presque plus aucun vêtement me va. Je porte des robes d’été avec des shorts en coton. Mes maillots de bain ne me vont plus non plus. Je viens d’en acheter un avant de partir en vacances. Et bon, j’avoue être mal à l’aise de me mettre en maillot avec mon ventre gonflé. Par chance, les gens autour de moi me rassurent et me disent de ne pas y penser.

J’ai des crampes, maux de ventre, brûlements tous les jours. Et bon, mes selles sont en compote. Au point où je redoute d’aller à la salle de bain en public. J’attends encore la date de ma biopsie. J’ai tellement hâte que je ferai le décompte des jours restants. Et pas seulement pour le résultat, mais pour reprendre ma routine, et le contrôle de mon corps.

Nous partons bientôt, mon amoureux et moi, pour quelques jours dans un chalet. L’an dernier j’avais dû planifier une glacière et ma nourriture. Cette année, je planifie les médicaments pour m’aider à contrôler le plus possible mes symptômes. J’ai acheté un contenant à sections pour les formules de lait en poudre et chaque section contient un médicament.

Mon compagnon

J’ai utilisé un marker permanent pour inscrire sur les côtés ce que chaque section contient. Du metamucil, des Digest 365, des Beano et des Imodium Complete. Avec ça, j’espère pouvoir contrôler le plus possible les gazs, diarrhées et symptômes embarrassants pour profiter de ces quelques jours dans la nature. Je traîne tout ça dans mon sac à main. Je prends les Digest 365 avant le repas, et l’Imodium ou Beano au besoin. Le Beano peut être pris avant le repas lorsqu’on sait qu’on en aura besoin. Dans mon cas, les soirées sont les pires moments.

Sur une autre note, mon allergie aux noix a beaucoup monté. Je suis passé de 0,5 à 14,4, donc maintenant un niveau 3. Je vais donc revoir l’allergologue pour essayer de comprendre ce qui s’est passé et comment éviter que ça continue de monter. J’ai de la chance, la famille de mon amoureux ont l’habitude des allergies et restrictions alimentaires et donc savent comment gérer tout ça lors de nos visites.

Bonnes vacances chers lecteurs.