Le journal alimentaire

On le sait maintenant, les coeliaques sont à risques de développer d’autres intolérances ou allergies alimentaires, ainsi que d’autres maladies auto-immunes. Er ce, surtout au début de la diète sans gluten. La plus fréquente étant l’intolérance au lactose.

Dans les premiers mois après avoir commencé à manger sans gluten, beaucoup ressentiront encore des douleurs, inconforts et troubles gastriques. C’est à ce moment-là que plusieurs, peut-être parce qu’ils en ont assez des visites médicales, commenceront à couper divers aliments en espérant éliminer ces symptômes. Mais ceci est une fausse bonne idée.

La première raison c’est qu’en coupant ainsi un peu partout, ils se mettent à risque de développer des carences en plus de celles déjà causé par la malabsorption dû aux villosités abîmées par le gluten. C’est pourquoi mieux vaut le faire accompagner d’une nutritionniste qui recommander des suppléments ou d’autres moyens d’éviter les carences.

Une autre raison est que certains symptômes peuvent permettre d’identifier plus facilement la source du problème. Une douleur, une coloration ou même une odeur peuvent guider le médecin ou le spécialiste vers la bonne réponse, vous évitant ainsi des mois d’essais/erreurs.

J’ai lu plusieurs témoignages de personnes qui se sont auto-diagnostiqués des intolérances. L’une d’entre elles coupaient un à un certains aliments lorsque ses symptômes ne disparaissaient pas, mais ne réintégraient pas ces aliments ensuite, même sans résultat. Elle se privait donc de plusieurs aliments qu’elle aurait probablement pu manger, ses repas devenait un casse-tête et elle mettait sa santé en danger. Parfois, on croit avoir trouvé la bonne réponse, mais on passe à côté d’autre chose. Ça peut nous sembler évident, mais des tas de choses peuvent faire réagir le système gastro-intestinal. Des colorants, des préservatifs, un agent de remplissage…

Et donc, pour éviter des désagréments et aussi des effets négatifs sur notre santé, mieux vaut faire confirmer nos doutes par des spécialistes. Ils nous guideront ensuite vers la meilleur façon d’éliminer le problème de notre alimentation et d’éviter les carences que cela pourrait causer.

Un bon outil pour aider le médecin est le journal alimentaire. Chaque jour, on note ce que l’on mange, et à quelle heure. On ajoute ensuite les symptômes ressentis, l’heure à laquelle ils se sont manifestés et le cas échéant, la durée. Le médecin pourra ensuite faire les liens, ou nous diriger vers le bon spécialiste pour analyser tout ça, faire les tests au besoin, et ensuite, les ajustements nécessaires.

Au fil de mes lectures, j’ai vu à plusieurs reprises des gens qui éliminaient de nombreux aliments de leur alimentation suite à quelques symptômes, et qui ensuite devait vivre avec ce casse-tête quotidien. Je trouve ça dommage de se priver quand c’est peut-être pas nécessaire, mais surtout, de se mettre à risque de carences pour une allergie/intolérance qui n’existe peut-être pas. Il peut s’agir d’un surplus, d’une mauvaise cuisson, ou même d’un estomac irrité par autre chose. Ne vous mettez pas à risque pour rien, consultez les bonnes personnes et faites attention à vous!

L’Auberge du Dragon Rouge

Je pense que je n’ai jamais eu aussi hâte d’écrire un post. Je savais depuis environ le mois d’août que j’irai souper au Dragon Rouge et j’étais vraiment excitée à l’idée de vous en parler.

Je connais ce resto médiéval depuis plusieurs années et j’y suis allée plusieurs fois avant que le « Big Bad Gluten » fasse partie de mon quotidien. Ou plutôt, n’en fasse plus partie. J’ai toujours adoré manger là et je ne pensais pas y retourner. Un ami qui y va régulièrement a remarqué il y a quelques mois une note dans le menu disant que la plupart des repas sont maintenant sans gluten et sans allergène et qu’ils peuvent accommoder plusieurs allergies alimentaires. Quand mon grand frère a organisé son banquet annuel, j’ai appelé l’auberge pour m’informer.

J’ai ainsi appris que le propriétaire est coeliaque et a vécu de mauvaises expériences dans d’autres restos, il ne veut pas que des gens vivent la même chose dans le sien. Ses employés sont donc tous formé pour connaître la maladie coeliaque, les sources de gluten, comment éviter la contamination croisée, etc. En cuisine, des précautions sont prises pour éviter les contacts, jusque dans leur façon de storer les aliments. Cet appel, qui normalement dure seulement quelques minutes a finalement durée environ 30 minutes. J’ai eu tellement de plaisir à discuter avec l’homme qui m’expliquait tout ce qu’ils font pour permettre à des gens vivants avec toutes sortes de restrictions alimentaires de manger safe dans leur resto. Il m’a raconté des anecdotes, et je lui ai parlé de mon blog et du review que je ferais de ma soirée. J’ai raccroché le coeur léger et surtout, très enthousiaste à l’idée de cette sortie. Plutôt l’inverse de d’habitude. Il a pris en note la date du banquet et mes allergies, m’a dit d’avertir mon frère de les répéter lors de la réservation et d’aller me présenter à mon arrivée.

Donc, hier soir, après avoir salué mon frère, je suis allée voir Hector, notre serveur/animateur, pour me présenter. J’ai à peine eu le temps de mentionner que c’est moi qui ai des allergies qu’il me les a listé. Ça commençait donc très bien. Je lui ai dit de ne pas se gêner à revenir me voir s’il avait des questions ou hésitations, je préfère répéter que d’être malade ou faire une réaction. Un peu plus tard, Hector présentait les choix de menu, comme c’était un banquet, on ne pouvait choisir dans tout le menu. Quand il est arrivé à parler du pain, il m’a cherché des yeux, m’a pointé et crié: » Toé, mange pas ça, tu vas MOURIR! ». Avec une expression faciale tellement comique! J’ai rit. Et je le dis souvent, mieux vaut en rire. Un peu plus tard, il parle d’un repas mijoté dans la bière, même scénario. Mon amie et moi, on a trouvé ça tordant. Puis, quand est venu le moment de commander, il vient vers moi et me dit: » Loin de moi l’idée d’influencer ton choix mais je te suggère le duo de plumes.  » C’était le seul qui ne contenant pas de gluten, ou un risque de contamination, c’était aussi celui qui m’aurait tenté même sans allergie. Comme il y avait un léger risque avec le potage, j’ai eu droit à une « petite verdure » Et en dessert, une salade de fruits. J’ai pris une photo de la verdure, et du dessert, mais je m’excuse, j’ai complètement oublié de photographier mon repas.

Après l’introduction amusante, nous avons eu droit à de l’animation. Un conteur, et un ménestrel. L’animation était plus que réussie, on a énormément rit. Puis l’entrée est arrivée. J’ai vu mon assiette de salade arrivée d’en bas et venir directement à moi, alors que les autres assiettes étaient placées sur des tables derrière nous et servie ensuite. Tout ce qui était préparé pour moi passait directement de la cuisine à moi pour éviter les contaminations possibles. Et sans exagération, c’est définitivement la meilleure salade que j’aie mangé de ma vie. Leur vinaigrette est à tomber. Sucré avec une petite touche bbq… Difficile à décrire mais tellement bon. Voici ma « petite verdure ». Petite oui…

wpid-20141003_200244.jpg

Juste la salade à elle seule valait le déplacement…

Après l’entrée, nous avons chanté, écouté des histoires, rit en masse et finalement, le repas principal est arrivé. J’avais choisi le duo de plume, une cuisse de pintade et une cuisse de canard confite. Servis avec un riz au curry et des betteraves jaunes. Les betteraves jaunes, ça goûte les rouges en plus doux. C’est bon. Et je suis surprise mais j’ai aimé le riz au curry. Et ma viande était délicieuse. La portion immense, je n’ai pas pu terminé la plus grosse des deux cuisses, le canard je suppose. Je suis désolée de ne pas avoir de photos à vous montrer.

Après encore de l’animation, des histoires et même une danse ridicule pour humilier le fêté, mon frère, nous avons eu le dessert. Les non-allergiques avaient une marquise au chocolat. J’ai eu une bonne et belle salade de fruits. Et oui, malgré l’intolérance au fructose, je l’ai savouré. En sortie, je me gâte, et j’adore les fruits. J’avais même une cerise de terre sur le dessus! C’était une salade de fruits très chic! Avec le dessert, nous avions droit à du café ou du thé. Le sucre est servi en cube dans des bols sur la table. Le risque de contamination étant grand, j’ai demandé à Agnès, la serveuse, s’il était possible d’en avoir qui n’aurait pas été en contact avec autre chose. Elle est donc partie voir et revenu un instant plus tard avec un petit bol de sucre juste pour moi, servie avec le sourire en plus. C’est agréable de ne pas se faire regarder comme si on est capricieux! Un aperçu de mon succulent dessert et café digne du paradis:

wpid-20141003_215722.jpg

Un bol de café bien chaud, une jolie salade de fruits, que demander de plus?

Après une aussi belle soirée, j’ai vraiment envie d’y retourner. Je pense les appeler pour savoir quels autres choix j’ai dans le menu. C’est certain que si je peux manger leurs « pétaques », j’irai y faire un autre tour avant le prochain banquet! Je vous encourage fortement à y aller, autant pour l’expérience médiéval, l’animation toujours drôle mais aussi pour un service impeccable et un très grand respect au niveau des allergies. Merci à toute l’équipe du Dragon Rouge qui m’a permis de passer une bien belle soirée où la nourriture a été une source de plaisir plutôt que d’inquiétude!

Épicerie Louise Sans Gluten

J’étais certaine d’avoir déjà mentionné cette épicerie, mais étrangement, je ne retrouve plus le post… Toujours est-il que j’y suis retournée aujourd’hui. Et là, je dois absolument vous en parler!

Louise Sans Gluten est une épicerie située à Dorval. On la trouve dans un petit centre d’achats, tout près d’un Tim Hortons. Si vous passez dans le coin, faites le détour, vous serez surpris! (et heureux!)

J’aime bien faire le tour des boutiques sans gluten puisque dans chaque boutique, on trouve des produits différents. Mais souvent, la section sans gluten n’est pas si grande. Chez « Louise », il n’y a que ça! Mais en plus, chaque fois que j’y vais, la sélection est différente. Je suppose donc qu’elle élimine ce qui en se vend pas pour ne garder que ce qui se vend et essayer de nouvelles choses, pour notre plus grand bonheur!

Vous y trouverez un grand choix de produits surgelés, des marques populaires et d’autres que j’essaierai éventuellement, si elles sont sans noix, etc… Je crois même avoir aperçu des desserts à l’unité dans un des frigos, mais comme je ne rentrais pas directement chez moi, j’ai regardé vite…

Par contre, pour les produits « tablettes », j’ai pris mon temps. Il y avait plusieurs produits que je ne connaissais pas! Dont, ce qui m’a fait sourire, un grand choix de vinaigrette…! Pour les mamans ayant de jeunes enfants, il y a plusieurs choix que je verrais bien dans les lunchs, ou pour amener dans la sacoche, pour des sorties ou encore en avion.

Le gros plus du Louise, c’est qu’ils ont aussi des produits de boulangerie/pâtisseries cuisinés sur place! À noter qu’ils utilisent des noix dans la cuisine, mais la propriétaire, qui est aussi présidente de l’Association Canadienne de la Maladie Coeliaque (ACC) (et avec qui j’ai eu une conversation très intéressante), m’a assuré qu’ils nettoient tout avant de faire certains produits. (Prenez la peine de vous informer avant d’acheter pour votre sécurité!). Par exemple, avant de faire les pains baguettes les mercredis, vendredis et samedis. Il y a une très belle variété, j’ai vu des gauffres, des pains, des gâteaux, des biscuits. Je vous jure que lorsque mon allergie aux noix disparaîtra (j’ai confiance!), je me ferai une joie d’y goûter! Ils offrent même des cours de cuisine!

Voici une petite photo de mes trouvailles du jour!

wpid-20140805_174216.jpg

On y voit le pamphlet de la boutique, une farine de sarrasin sans allergènes (miam, des crêpes!), des biscuits graham, des « chipits » au chocolat noir et ma surprise du jour, des genre de pop tarts!!! Sur la boîte des pop tarts, un bracelet sur lequel se lit  » certified gluten free » et http://www.celiac.ca que je vais porter fièrement. Une amusante façon de faire connaître la maladie et l’ACC! Ils se vendent au coût de 2$ chez Louise !

Tu sais que t’es coeliaque quand…

 Parce qu’il faut savoir en rire…

  • Tu as une tablette de consacrée à tes farines dans le garde-manger…
  • Tes pâtes alimentaires sont jaunes fluos…
  • Tu sais à quoi servent la gomme  de xantham et la gomme de guar
  • T’aurais besoin d’un mini-congélateur dans ton panier d’épicerie pour conserver tes produits congelés le temps de finir tes achats…
  • … et d’un second dans la voiture…
  • Tu songes à t’acheter un second congélateur
  • Tu dois planifier une sortie au restaurant de la même façon que tu planifierais un voyage, en faisant des appels d’avance pour prendre des informations et choisir lequel conviendra le mieux
  • Passer ta commande au resto se fait en plusieurs étapes (choisir, questionner, expliquer, arrêter un choix)
  • Tu finis presque toujours par commander une salade parce que c’est plus simple
  • Ta salade est presque toujours assaisonnée de vinaigre balsamique et huile parce que ça ici c’est plus simple
  • En général, c’est toi qui reçois parce que la plupart du monde a peur de cuisiner pour toi
  • Tu connais l’emplacement exacte des toilettes dans tous les lieux que tu fréquentes
  • Tu rêves de pouvoir manger une banale sandwich
  • Ton panier d’épicerie contient peu ou pas de produits préparés
  • Tu as développé de nombreux trucs pour éviter les contaminations croisées dans plusieurs situations
  • Faire une « petite épicerie rapide » n’existe plus dans ta vie, lire les étiquettes prend trop de temps
  • Tu amènes ton lunch à peu près partout, même dans les mariages, ou bien tu manges avant
  • Ton regard perçant détecte les miettes suspectes à distance
  • Tu traînes des collations partout où tu vas, même en vacances
  • Tu sais que la vitamine e contient du gluten
  • Tu lis les étiquettes de shampooing, crèmes, etc avant de les acheter

Si vous voulez ajouter les vôtres, partagez les dans les commentaires et je les ajouterai!

La maladie céliaque perturbe la vie sociale des personnes qui en sont atteintes – UdeMNouvelles

 

Une jeune femme a fait un mémoire sur les effets de la maladie coeliaque sur la vie sociale. L’article explique bien ce par quoi nous passons suite au diagnostic.

La maladie céliaque perturbe la vie sociale des personnes qui en sont atteintes – UdeMNouvelles.

Simply Free de Piller’s

 

Maintenant que j’ai appris que je suis allergique aux noisettes, cashews et noix du brésil, je dois à nouveau modifier mon alimentation. Ça a été une passe difficile, mais je m’habitue peu à peu, encore une fois, avec l’aide de mon entourage qui m’apporte beaucoup de support.

Ma mère, toujours à l’affût de nouveaux aliments pour moi, a fait une belle découverte. Les viandes et charcuteries Simply Free de Piller’s.

 

J’ai goûté les saucisses fumées et knackwurst. Les deux sont bien juteuses et craquantes. Les knackwurst sont assaisonnées, mais pas trop piquantes. Je les ai aimé toutes les deux, avec une préférence pour les dernières.

Ma mère a aussi acheté des viandes froides, le jambon fumé et la poitrine de dinde. J’ai beaucoup aimé le fait qu’on reconnaît la viande et la texture est plus près de la viande que du produit chimique. Le goût est aussi bon. Et elles se conservent bien malgré le fait qu’elles ne soient pas bourrés de produits de conservation.

Évidemment, elles sont plus chers, mais le « sans allergène » me rassure beaucoup. Surtout qu’au départ, on ne savait pas si c’était le soya ou les noix qui me causaient des réactions. Ces viandes ne contiennent aucun des deux. Donc, aucun allergène et un bon goût, c’est un duo gagnant!