Challenge au gluten: 2 semaines

Me voici rendue au bout de ma seconde semaine de challenge au gluten. Deux semaines sur 12…

Lors de la première semaine, les symptômes n’étaient pas trop pires. Moi qui croyait me retrouver comme avant mon régimes sans gluten, j’étais plutôt soulagée. J’avais le ventre enflée, mais qui désenflait au complet durant la nuit. Je rentrais toujours dans mes vêtements habituels, et j’avais mal au coeur ou au ventre mais de façon tolérable.

La seconde semaine a été plus difficile. Mon ventre ne désenfle plus en entier. Je me sens comme un ballon trop gonflé, ou comme si j’avais trop mangé en permanence. J’ai mal au coeur dès le réveil, des brulements d’estomac, et mon reflux fait un retour en force. Assez pour provoquer des vomissements. J’ai évidemment eu droit aux selles liquides comparables à de la lave…

Autre détail, mon ventre est trop douloureux pour que je puisse me coucher confortablement. Souvent, la seule position possible est sur le dos. Depuis quelques jours, mes vêtements ne me vont plus. Je dois détacher le bouton de mes pantalons pour m’asseoir.

Malgré tout ça, je fonctionne bien en général, par contre, je suis très fatiguée et je m’endors dès que je m’installe sur un fauteuil, peu importe l’heure. Et j’avoue ressentir un certain plaisir à manger des trucs « interdits, et à pouvoir aller au resto sans tracas… J’essaie d’en profiter pendant ces 3 mois, malgré la douleur et les désagréments qui suivent.

Pour me soulager, j’utilise le sac magique, et en cas de reflux, je bois de l’eau très froide. Et en cas de diarrhée, je m’en tiens à l’immodium.

Et vous, avez vous dû faire un challenge au gluten? Comment l’avez-vous vécu?

Challenge au gluten

Après plus de deux ans d’attente, j’ai finalement reçu l’appel que je n’attendais plus. L’hôpital m’a trouvé un gastro-entérologue. J’avais rendez-vous avec celui-ci ce matin.

Aussitôt assise dans son bureau, il a voulu savoir mon parcours. Comme vous le savez, ça a été compliqué. Je parie que ça a été votre cas aussi. On passe d’un médecin à un autre, on essaie des médicaments, et toutes sortes de tests… Il a quand même été très surpris que je m’impose un régime sans gluten strict sans avoir reçu de diagnostic officiel. Je lui ai expliqué que 3 spécialistes m’ont dit de me considérer coeliaque en se basant sur le résultat de ma diète sans gluten. Malgré tout, il trouvait que c’est beaucoup à vivre et donc suggère un challenge au gluten.

Le challenge au gluten, c’est simple. C’est manger un max de gluten sur une période donnée pour ensuite faire la prise de sang (taux d’antitransglutaminase) et une biopsie du duodénum pour vérifier les dommages causés par le gluten. Ce qui confirme (ou pas), la présence de la maladie coeliaque.

Et donc, dans mon cas, il m’a expliqué que sans être coeliaque, je pourrais avoir un autre trouble qui se soigne par la diète sans gluten, mais sans aller jusqu’à éliminer complètement toutes traces de gluten. Et qui me permettrait d’aller en visite sans leur compliquer la vie, ou au resto sans me restreindre à une salade au vinaigre balsamique.

J’ai donc mangé deux repas avec gluten aujourd’hui. J’me suis gâtée avec un McDo. Mais dans les prochains jours, je vais manger avec gluten et plus santé. Surtout qu’en regardant mes prises de sang, il s’est aperçu que j’ai un début d’anémie. Mais qu’il préfère soigner par l’alimentation avant de me prescrire des capsules de fer.

Une journée de gluten et j’ai déjà le ventre enflé, Mon copain, qui m’avait vu la veille, l’a remarqué dès qu’on s’est vu. Et mon père m’a dit que j’avais l’air enceinte. Mon ventre me donne la sensation d’un ballon trop gonflé dans lequel on essaierait de souffler encore plus d’air. Et bien sûr, le tout accompagné de crampes. Clairement, le gluten ne me fait pas. Reste à voir si je produis ou non des anticorps…