Bâton Rouge

Vendredi dernier, j’ai eu la chance de souper au Bâton Rouge. Il s’agissait du souper de Noël de mon travail. J’avais appelé d’avance pour parler au responsable de notre réservation qui m’avait dit qu’il suffisait d’expliquer mes allergies au serveur et qu’ils s’organiseraient en cuisine.

Dès mon arrivée, un serveur est venu me voir pour me demander si je désirais boire quelque chose. J’en ai profité pour lui expliquer ma situation. On a regardé le menu ensemble. Sur les 5 choix offerts (puisqu’on était un groupe et que mes patronnes payaient), il n’y en avait qu’un seul qui contenait du gluten. J’ai donc pu manger comme tout le monde!

J’ai été surprise de voir à quel point le serveur connaissait bien le menu et les allergènes. Il a su répondre à toutes mes questions et m’aider à faire un choix.

La seule chose qui m’a déçue, c’est que le dessert était sans gluten, mais pouvait contenir des noix et on ne m’a pas offert de remplacement. Une salade de fruits m’aurait suffi!

Mais c’est vraiment ma seule et unique déception. J’avais plusieurs options de menu. Saviez vous qu’ils ont un menu sans gluten? 

J’ai donc mangé une salade césar sans croûtons en entrée et un combo poulet/côtes levées avec frites et salade de chou comme repas principal. Le service a été irréprochable. C’est une serveuse qui est venue porter ma salade alors que c’est un homme qui avait pris ma commande et je n’ai même pas eu à lui dire que « les allergies c’est moi ». Le serveur savait que leurs épices sont sans gluten pour les frites, mais n’étant pas certain pour la soupe (elle n’était pas dans le menu sg), il m’a recommandé de prendre une salade. (Ce que j’aurais pris de toute façon)

Les portions sont immenses. J’ai mangé plus qu’à ma faim et il m’en est resté assez pour que je le ramène et dîne sur le restant le lendemain. Et même réchauffé, c’était délicieux!

J’ai passé une très belle soirée, et compte bien y retourner!

Publicités

Quelques nouvelles

Chose promise, chose due. Après une semaine de menu pour aider le reflux gastrique avec SOS Cuisine , je sens déjà une certaine amélioration. J’ai encore du reflux, mais moins. Jusqu’à maintenant, la brûlure remontait jusque dans la gorge et m’empêchait souvent de dormir puisque pire en position allongée. Maintenant, ça se tient derrière le sternum. C’est encore désagréable, mais au moins, je n’ai plus la gorge irritée en permanence, et les abcès dans la bouche et la gorge ont pu guérir.

Mon estomac aussi va mieux. Je me réveillais régulièrement avec une barre dans l’estomac, un élancement au moment de m’asseoir. Depuis quelques jours, cette douleur a disparue. J’ai encore mal durant la journée, mais c’est moins présent.

Vendredi, j’avais une amie qui venait passer la soirée, j’ai mangé quelques chips. Les douleurs sont aussitôt revenues. Et j’ai passé une mauvaise nuit. Je comprends donc que je dois m’en tenir à mon menu le temps de guérir.

Une bonne nouvelle, j’ai pu réintégrer des fruits, mais seulement au déjeuner. Si je les mange plus tard, ou seuls, la nuit sera difficile. Mais je ne perds pas espoir de pouvoir les réintégrer au complet quand le RGO sera contrôlé.

Dernière nouvelle. Le souper de Noël de ma job se fera au Bâton Rouge. J’ai donc appelé le responsable de notre groupe, et j’ai discuté avec lui. Ils reçoivent souvent des coeliaques, et m’a dit que si dans le menu choisie pour la soirée rien ne me convenait, on s’organiserait. Mes collègues vont choisir leur repas d’avance, alors que moi, ce sera discuté sur place avec le responsable qui ira ensuite parler avec le cuisiner pour s’assurer que tout sera fait à ma convenance. Encore une fois, je vous en reparle!

Menu sans gluten chez Cora

Certains se souviennent peut-être qu’il y a quelques mois, j’avais eu une belle expérience dans un restaurant Cora? D’autres auront entendu parler de leur nouveau menu sans gluten. Si vous allez faire un tour sur leur site, vous y verrez cet avertissement que ce menu n’est pas adéquat pour les personnes coeliaques ou présentant une intolérance sévère. Et cette fois-ci, ce n’est pas seulement pour se « backer ».

Ce midi, j’ai été y faire un tour avec une amie. On a toujours aimé les restos déjeuners et ça me manque depuis que le gluten est bannie de mon alimentation. Comme j’y étais déjà allée sans problème avant qu’ils instaurent leur menu sans gluten, j’y allais avec une certaine confiance.

J’ai choisi la crêpe au jambon-fromage, servie avec des patates et des fèves au lard, luxe rare, n’en ayant pas trouvé sans gluten. (je sais que les « à table » le sont, mais je ne les ai jamais vu!) Le repas était délicieux, j’ai très bien mangé. Je préfère ne pas m’attarder sur le service, mais disons que c’était lent.

En sortant du resto, je me sentais bien. Pas de douleur mais très très soif. Une heure plus tard, j’avais le ventre qui ‘débordait’ par-dessus ma ceinture que j’ai fini par détacher. Je suis allée prendre un bain chaud, et en sortant, j’avais l’air enceinte de 6 mois, un léger mal de tête et des brulements d’estomac. En 4 heures, j’ai bu 2 litres d’eau.

Je suis sincèrement déçue. Bien qu’ils indiquent que le menu ne convient pas aux coeliaques/intolérants, je me demande à quoi il sert. J’ai cru que c’était encore une petite phrase pour se protéger tel que les  » peut contenir… ». Si le menu ne convient pas aux coeliaques et intolérants, c’est donc qu’il a été conçu pour ceux qui n’ont pas besoin de suivre le régime… donc pour suivre la mode. La mode du « je mange sans gluten pour faire comme les vedettes », ou « pour maigrir », ou encore « parce que c’est santé ». Malheureusement, ce ne sont que des illusions. Le régime sans gluten, ce n’est pas un régime minceur, ni une garantie de santé. Au contraire, plusieurs aliments transformés sans gluten sont plein de gras ou de sucre pour améliorer le goût ou la texture. Le RSG, c’est un régime « médicament ». Le seul moyen de contrôler ( et non soigner), la maladie coeliaque.

Et donc, ce qui me déçoit dans tout ça, c’est que pendant un moment, on a l’illusion qu’on pourra peut-être avoir un nouvel endroit où sortir, (la liste est courte), mais finalement, c’est juste un endroit de plus qui encourage la mode du sans gluten, et fait passer les « vrais » sans gluten pour des capricieux et banalise les dangers de la contamination croisée… Sorry Cora, mais on ne se reverra pas.

Sans gluten – Faites un don pour aider à maintenir le site en ligne

Nous sommes plusieurs à compter sur ce site pour nous tenir informé. Si vos moyens vous le permettent, faites un don pour le maintenir en vie et surtout, l’aider à continuer!

Sans gluten – Faites un don pour aider à maintenir le site en ligne.

Pour ceux qui ne connaissant pas ce site, je vous conseille d’aller y faire un tour. Les ressources y sont nombreuses. J’y vais surtout pour la liste qui est fréquemment mise à jour, mais on y trouve aussi des infos sur la maladie coeliaque, des recettes, une liste des aliments permis ou à éviter, ainsi qu’une section d’informations sur les restaurants.

Diagnostiqué en 2009, Sylvain Guimond a passé lui aussi par l’étape  » qu’est-ce que je fais maintenant » et fait de nombreuses recherches pour apprendre à connaître la maladie. C’est ainsi qu’il s’est donné pour mission de faciliter la vie d’autres coeliaques. Chacun à notre façon, nous faisons de notre mieux pour soutenir et informer la communauté sans gluten.

Un de projets de Sylvain Guimond est de créer une application mobile pour faciliter l’épicerie et la recherche d’un restaurant. Je trouve ce projet plus qu’intéressant, et c’est pourquoi je vous encourage à donner!

Merci à l’avance, de la part de toute la communauté coeliaque et allergique!

L’Auberge du Dragon Rouge

Je pense que je n’ai jamais eu aussi hâte d’écrire un post. Je savais depuis environ le mois d’août que j’irai souper au Dragon Rouge et j’étais vraiment excitée à l’idée de vous en parler.

Je connais ce resto médiéval depuis plusieurs années et j’y suis allée plusieurs fois avant que le « Big Bad Gluten » fasse partie de mon quotidien. Ou plutôt, n’en fasse plus partie. J’ai toujours adoré manger là et je ne pensais pas y retourner. Un ami qui y va régulièrement a remarqué il y a quelques mois une note dans le menu disant que la plupart des repas sont maintenant sans gluten et sans allergène et qu’ils peuvent accommoder plusieurs allergies alimentaires. Quand mon grand frère a organisé son banquet annuel, j’ai appelé l’auberge pour m’informer.

J’ai ainsi appris que le propriétaire est coeliaque et a vécu de mauvaises expériences dans d’autres restos, il ne veut pas que des gens vivent la même chose dans le sien. Ses employés sont donc tous formé pour connaître la maladie coeliaque, les sources de gluten, comment éviter la contamination croisée, etc. En cuisine, des précautions sont prises pour éviter les contacts, jusque dans leur façon de storer les aliments. Cet appel, qui normalement dure seulement quelques minutes a finalement durée environ 30 minutes. J’ai eu tellement de plaisir à discuter avec l’homme qui m’expliquait tout ce qu’ils font pour permettre à des gens vivants avec toutes sortes de restrictions alimentaires de manger safe dans leur resto. Il m’a raconté des anecdotes, et je lui ai parlé de mon blog et du review que je ferais de ma soirée. J’ai raccroché le coeur léger et surtout, très enthousiaste à l’idée de cette sortie. Plutôt l’inverse de d’habitude. Il a pris en note la date du banquet et mes allergies, m’a dit d’avertir mon frère de les répéter lors de la réservation et d’aller me présenter à mon arrivée.

Donc, hier soir, après avoir salué mon frère, je suis allée voir Hector, notre serveur/animateur, pour me présenter. J’ai à peine eu le temps de mentionner que c’est moi qui ai des allergies qu’il me les a listé. Ça commençait donc très bien. Je lui ai dit de ne pas se gêner à revenir me voir s’il avait des questions ou hésitations, je préfère répéter que d’être malade ou faire une réaction. Un peu plus tard, Hector présentait les choix de menu, comme c’était un banquet, on ne pouvait choisir dans tout le menu. Quand il est arrivé à parler du pain, il m’a cherché des yeux, m’a pointé et crié: » Toé, mange pas ça, tu vas MOURIR! ». Avec une expression faciale tellement comique! J’ai rit. Et je le dis souvent, mieux vaut en rire. Un peu plus tard, il parle d’un repas mijoté dans la bière, même scénario. Mon amie et moi, on a trouvé ça tordant. Puis, quand est venu le moment de commander, il vient vers moi et me dit: » Loin de moi l’idée d’influencer ton choix mais je te suggère le duo de plumes.  » C’était le seul qui ne contenant pas de gluten, ou un risque de contamination, c’était aussi celui qui m’aurait tenté même sans allergie. Comme il y avait un léger risque avec le potage, j’ai eu droit à une « petite verdure » Et en dessert, une salade de fruits. J’ai pris une photo de la verdure, et du dessert, mais je m’excuse, j’ai complètement oublié de photographier mon repas.

Après l’introduction amusante, nous avons eu droit à de l’animation. Un conteur, et un ménestrel. L’animation était plus que réussie, on a énormément rit. Puis l’entrée est arrivée. J’ai vu mon assiette de salade arrivée d’en bas et venir directement à moi, alors que les autres assiettes étaient placées sur des tables derrière nous et servie ensuite. Tout ce qui était préparé pour moi passait directement de la cuisine à moi pour éviter les contaminations possibles. Et sans exagération, c’est définitivement la meilleure salade que j’aie mangé de ma vie. Leur vinaigrette est à tomber. Sucré avec une petite touche bbq… Difficile à décrire mais tellement bon. Voici ma « petite verdure ». Petite oui…

wpid-20141003_200244.jpg

Juste la salade à elle seule valait le déplacement…

Après l’entrée, nous avons chanté, écouté des histoires, rit en masse et finalement, le repas principal est arrivé. J’avais choisi le duo de plume, une cuisse de pintade et une cuisse de canard confite. Servis avec un riz au curry et des betteraves jaunes. Les betteraves jaunes, ça goûte les rouges en plus doux. C’est bon. Et je suis surprise mais j’ai aimé le riz au curry. Et ma viande était délicieuse. La portion immense, je n’ai pas pu terminé la plus grosse des deux cuisses, le canard je suppose. Je suis désolée de ne pas avoir de photos à vous montrer.

Après encore de l’animation, des histoires et même une danse ridicule pour humilier le fêté, mon frère, nous avons eu le dessert. Les non-allergiques avaient une marquise au chocolat. J’ai eu une bonne et belle salade de fruits. Et oui, malgré l’intolérance au fructose, je l’ai savouré. En sortie, je me gâte, et j’adore les fruits. J’avais même une cerise de terre sur le dessus! C’était une salade de fruits très chic! Avec le dessert, nous avions droit à du café ou du thé. Le sucre est servi en cube dans des bols sur la table. Le risque de contamination étant grand, j’ai demandé à Agnès, la serveuse, s’il était possible d’en avoir qui n’aurait pas été en contact avec autre chose. Elle est donc partie voir et revenu un instant plus tard avec un petit bol de sucre juste pour moi, servie avec le sourire en plus. C’est agréable de ne pas se faire regarder comme si on est capricieux! Un aperçu de mon succulent dessert et café digne du paradis:

wpid-20141003_215722.jpg

Un bol de café bien chaud, une jolie salade de fruits, que demander de plus?

Après une aussi belle soirée, j’ai vraiment envie d’y retourner. Je pense les appeler pour savoir quels autres choix j’ai dans le menu. C’est certain que si je peux manger leurs « pétaques », j’irai y faire un autre tour avant le prochain banquet! Je vous encourage fortement à y aller, autant pour l’expérience médiéval, l’animation toujours drôle mais aussi pour un service impeccable et un très grand respect au niveau des allergies. Merci à toute l’équipe du Dragon Rouge qui m’a permis de passer une bien belle soirée où la nourriture a été une source de plaisir plutôt que d’inquiétude!

Un sondage sur les restaurants et le sans gluten

Un membre facebook effectue un sondage sur les restaurants et le sans gluten. Elle ne peut pas nous en dire plus pour le moment mais le fera dès que possible. En attendant, nous pouvons l’aider en allant répondre à ce sondage.

Merci de votre participation, on vous tiendra au courant!

Apprendre à dire non

Ça a été la chose la plus difficile pour moi. J’ai toujours été tranquille en société. Mes parents n’en diraient pas autant, mais en dehors du cocon familial, je ne m’exprimais pas. Un peu plus en vieillissant, mais la bonne vieille peur de déplaire, de déranger, de ne pas être une « bonne personne » m’en empêchait. Puis je suis devenue coeliaque…

Il m’a alors fallu apprendre à dire « non ». Non, je ne peux pas y goûter, même une petite bouchée. Non, je ne peux pas tricher, faire un écart, une exception, même juste une fois. Non, je ne peux pas manger la salade même si j’enlève les croûtons. On se sent mal, mais on doit le faire, c’est notre santé. En plus des désagréments causés par le gluten sur le moment, il y a aussi les risques à long terme.

Évidemment, c’est plus facile de commencer par dire non au restaurant, qu’avec des collègues, des amis ou encore sa famille. Un exemple, la semaine dernière, je suis allée souper avec des amies. Mon assiette arrive, et le cuisiner s’est trompée et m’a mis de la sauce. Je l’ai dit à la serveuse et j’ai demandé qu’on me laisse l’assiette contaminée. J’ai eu droit à un regard noir, je me suis sentie vaguement mal à l’aise mais je savais que je devais le faire, ayant eu une mauvaise expérience quelques mois avant.

Par contre, quand on doit dire non en famille, c’est complètement différent. Mon frère avait voulu me préparer un repas, mais ne savait pas que je ne pouvais pas utiliser du bouillon de poulet. Et il avait utilisé la même cuillère pour brasser tous ses chaudrons. J’avais eu beaucoup de peine de devoir refuser de manger son repas.

Puis récemment, une amie voulait me préparer un dessert. J’ai dû refuser. Elle a été très déçue. J’ai dû lui expliquer tous les risques pour qu’elle comprenne que ce n’est pas par manque de confiance, mais parce que le danger est bien réel et que malgré sa bonne volonté, les risques sont là. Elle ne peut pas se « ré-équiper » seulement pour cuisiner pour moi.

Et donc, quand vous devez dire non, pensez à expliquer les faits, à bien faire comprendre aux gens que c’est pour vous protéger et pas parce que vous remettez en doute leur compétence. Je remarque que ça passe mieux quand on expose bien nos raisons. Mais surtout, faites-le, dites non, ça ne vaut pas la peine de mettre votre santé en jeu pour éviter de froisser quelqu’un.

Avez-vous de la facilité à dire « non » quand vous le devez?