Diète sans fodmap: première rencontre

Hier soir, j’ai eu ma première rencontre avec ma nutritionniste au sujet de la diète sans fodmap. J’ai passé une heure dans son bureau et j’ai pu poser toutes mes questions, ou presque. Je les note dans un cahier pour essayer de ne rien oublier. Ça m’a bien aidé. Pour quiconque entreprend la diète sans fodmap, je recommande de ne pas le faire seule.

J’ai donc appris que je dois vraiment suivre les quantités recommandée sur l’app de la monash. Et si je combien des légumes, je dois ajuster la quantité. Ex: 2 légumes à 12/ tasse, je mange 1/4 t de chaque. C’est cumulatif. Pareil pour le lactose. J’ai droit à 1 tasse de lait dans toute ma journée.

J’ai aussi appris que si mon conjoint utilise des épices avec ail/oignon, on doit faire cuire notre repas dans des poêles séparées.

Si je mange du riz au dîner, il est préférable de manger des patates au souper. Je dois éviter de manger la même chose dans les 2 repas, mais je peux manger le reste du souper au dîner.

On a parlé de ce que j’ai déjà testé et ce qui me manque. On a donc déterminé que j’attends encore une semaine à manger comme maintenant, uniquement ce qui ne me cause pas d’inconfort. Elle m’a dit de ne pas m’inquiéter des carences. Ce qui compte c’est la guérison de mon système digestif. Elle soupçonne une oesophagite (inflammation de l’oesophage dû aux vomissements et au reflux) Si dans une semaine mes symptômes sont contrôlés, j’essaierai de réintroduire le cantaloup. Pendant toute une semaine j’essaie le même aliment chaque jour en commençant par une petite quantité. Toujours en après-midi, 2h après avoir mangé, et 2 heures avant le repas suivant. Et on augmente la quantité chaque jour pour trouver où est ma tolérance.

Aussi, elle m’a dit que je peux boire des eaux arômatisés si l’arôme est naturel et non artificiel.

Finalement, elle m’a suggéré d’aller vers des livres de recette sans gluten et d’adapter ensuite à la diète fodmap pour pouvoir varier mes menus.

J’arrive à manger un peu plus varié, mais le pire ce sont les fruits et légumes. 1/2 tasse c’est mon max de légumes par repas pour le moment, et aucun fruit. C’est ce que je trouve le plus difficile. Par contre j’ai beaucoup moins de douleur et je n’ai pas vomi depuis 10 jours. Mes selles sont plus régulières depuis lundi, et j’ai vraiment moins mal au ventre. C’est plus difficile aujourd’hui mais hier on a soupé tard suite à mon rendez-vous et j’ai eu plus de mal à restreindre mes portions puisque j’avais très faim!!

Publicités

Fodmap: Premiers déboires

Vendredi, je suis allée porter mon échantillon de selles. Malgré que ça me gênait, j’étais contente puisque ça voulait dire que même sans avoir vu la nutritionniste, je pouvais commencer la diète et soulager une partie de mes symptômes.

En après-midi, je suis allée faire une première épicerie « sans gluten/fodmap » et au souper, j’ai pu manger sans fodmap. Je me fie surtout au carton qui vient dans le livre de cuisine santé et à l’application de la Monash University. Mon souper: du poulet grillé, des brocolis et des carottes crues et du riz blanc. En fin de soirée, je sentais déjà une différence dans mon ventre.

Samedi matin, j’ai mangé des cheerios sans gluten et du lait sans lactose. Je me sentais bien. Au dîner, même chose que la veille. Tout va bien. J’ai eu 3 selles liquides mais pas de douleur.En soirée, j’ai mangé des pataes pilées, des chops de porc et des brocolis vapeur. En soirée, les nausées ont repris et j’avais juste envie de dormir. Comme j’avais bu un V8, j’ai supposé qu’il était le coupable.

Dimanche, j’allais en visite. Je me suis amenée le restant de la veille. Le matin, j’étais en plein forme. Je suis allée chez Avril acheter des pains sans gluten et j’ai trouvé des biscuits kinnikinnick sans gluten/noix/lactose. Malheureusement, toutes les sauces en poudre etc contiennent des épices/ail/oignons. Donc je vais devoir trouver mes propres recettes. Au dîner, je mange mon restant. Et rapidement, les nausées reviennent. Je suppose donc que le 1/2 tasse de brocoli autorisé c’est pour la journée et non par repas.

En dehors de ça, tout va bien. Je n’ai pas remangé de brocoli depuis et je n’ai pas eu de nausées. Je me suis mise à la recherche de nouvelles recettes à essayer et j’ai fait une liste d’épicerie. Je vais m’amuser à essayer tout ça et je vous reviens!

Visite chez le gastro: enfin des pistes

La dernière fois que j’avais vu mon médecin, il n’avait pas semblé me prendre au sérieux. J’étais resorti déçue et triste de me sentir à nouveau seule avec ma douleur et mes nombreux symptômes. J’avais repris rendez-vous avec la nutritionniste qui, de son côté, voulait bien m’aider, mais sans tests, sans pistes plus concrètets, ne savait plus vers où aller. J’avais entrepris la diète sans fodmap mais seule et sans aide, je me suis vite sentie dépassée. En plus, dans les mêmes temps, on a hébergé un couple d’amis pour 6 mois. Je me retrouvais à faire 2 ou 3 soupers différents chaque soir après ma journée de travail et rapidement, j’ai laissé tomber la diète sans fodmap par manque de temps et d’informations.

Cette semaine, j’ai finalement revu le gastro-entérologue. Ayant identifié quelques coupables et voulant lui prouver que tout ça, c’est pas dans ma tête, j’ai fait exprès de manger des aliments qui me donnent mal au ventre, des ballonnements, de la diarrhée et des vomissements. (Produits laitiers, légumes gazogènes, oignons…) La journée même de mon rendez-vous, j’ai mangé une tasse de petits pois et maïs. Je les ai vomi dans les 10 minutes suivantes, je pensais que mon ventre ne gonflerait pas mais il a bien enflé avant mon rendez-vous. Et ça a eu l’effet désiré. Le médecin a pris son temps, m’a examiné et questionné et en est venu à 2 pistes. Soit ce sont des intolérances multiples, soit une maladie inflammatoire de l’intestin.

Il m’a prescrit une analyse de selles. Un test relativement récent. S’il y a de l’inflammation dans mes intestins, ce sera visible dans mes selles. Si le test est positif, je passerai ensuite une colonoscopie. Pour les intolérances alimentaires, il m’a suggéré de faire la diète sans fodmap. Mais cette fois-ci, accompagnée de ma nutritionniste. J’ai donc rendez-vous avec elle le 4 avril.

Le sans fodmap, ça signifie aussi le retour du sans gluten. Mais cette fois pas en version strict. C’est à dire que je peux manger des traces, partager le pot de mayo avec mon conjoint et que je n’ai pas à acheter un nouveau toaster. Mais aussi, plus de pâtes dans mes lunchs, manger des bagels raides et du pain toasté… Avec mon allergie aux noix, les choix de resto sont limités, mais quand on ajoute la restriction du gluten, des produits laitiers et des fodmaps, ça complique encore plus les sorties.

Je me sens un peu dépassée mais j’ai la chance d’avoir un conjoint compréhensif et qui me soutient de son mieux. Il se casse la tête pour que mes repas soient appétissants tout en respectant toutes ces conditions. Malgré tout, je suis aussi encouragée parce qu’on essaie quelque chose et que cette fois-ci, je suis accompagnée du médecin et de la nutritionniste. Je n’ai plus l’impression d’aller à la pêche. Et cette fois-ci, je vais m’efforcer de vous tenir au courant pour vrai!

Diète sans fodmap, premières impressions

Je fais maintenant la diète sans fodmap depuis quelques semaines. Je suis les recettes de SosCuisine, et je prends des idées dans le livre. Mon copain est bien content de manger un peu plus varié, et moi aussi, je retrouve l’envie de manger ainsi que le plaisir de cuisiner.

Je dois vous avouer, je n’ai pas fait la phase d’élimination. Je l’aurais fait si j’avais habité seule, mais comme nous sommes plusieurs à la maison, je trouvais cela trop contraignant, je ne me voyais pas faire 2 ou 3 repas le soir après le boulot.

J’ai donc pris la liste des aliments à haute teneur en fodmap et je les mange soit en collation, soit jumellé à des aliments « safes » pendant 3 jours d’affilé. Ça m’a permis d’identifier quelques coupables. L’oignon, l’ail et les raisins. Je soupçonne aussi les champignons, mais je dois les tester en 3 jours.

J’ai aussi testé à nouveau le lactose. Je croyais que ça passait, mais finalement, après quelques jours à manger du fromage et boire du lait, mon ventre avait gonflé, j’avais très mal et je me sentais lourde et plus fatiguée. Une journée j’ai voulu manger du yogourt aux cerises. Grosse erreur. J’ai eu tellement mal au coeur que j’ai eu du mal à finir ma journée de travail. Depuis le début de la semaine, je suis retournée au sans lactose et je vais mieux. Je pense donc que je peux tolérer une petite quantité lors d’une sortie, mais pas au quotidien.

Les derniers jours ont été très occupé, souper en famille, fête d’anniversaire en plus des visiteurs, j’ai donc porté moins attention à ce que je mangeais, et je sens que je paie pour.

En conclusion, quoique la diète soit contraignante, je vois des résultats. Je me sens mieux et j’arrive à manger plus varié. J’ai toujours mal à la gorge, mais mes selles sont plus règulières et je n’ai pas eu de perte de sang depuis un mois. Je vais donc continuer sur cette lancée. À partir de la semaine prochaine, je reprends les menus, ainsi que les essais sur 3 jours. Bientôt, j’aurai identifié tous les coupables!

FQMC et AQAA – De bons supports

     Quand on vient de recevoir un diagnostique de maladie coeliaque, d’intolérance au gluten ou d’allergie alimentaire, on se sent vite dépassé. Disons-le, ça peut faire peur et créer de l’anxiété. On se demande ce qu’on peut encore manger, comment on va gérer la vie sociale, manger à l’extérieur, ou juste comment manger son lunch au travail sans risque. Voici deux bonnes ressources pour nous aider à passer à travers tout ça. 

FQMC- Fondation québécoise de la maladie coeliaque

En devenant membre de la FQMC, vous recevrez tout d’abord un « kit » du débutant comprenant un guide, des pamphlets, un pratique petit guide de poche sur ce que l’on peut manger ou pas (il se glisse bien dans le sac à main!), et un abonnement à l’info-coeliaque. De plus, vous aurez accès à plusieurs sections du site dont un forum sur lequel se trouve plusieurs coeliaques et une nutritionniste qui répondra à toutes vos questions. On peut aussi y échanger sur notre expérience, des bons restos ou des produits que l’on aime. Et puis, c’est bien de pouvoir parler avec des gens qui vivent la même chose que nous!

AQAA- Association québécoise des allergies alimentaires

En devenant membre de l’AQAA, vous recevrez aussi une grosse enveloppe par la poste contenant beaucoup d’information, ainsi qu’un abonnement à une publication, le nom m’échappe présentement, je crois que c’est « Les mets-sages ». Mais le service que je préfère, c’est la ligne conseil. Vous appelez, vous laissez un message sur une boîte vocale et une nutritionniste spécialisée dans les allergies alimentaires vous rappellera dans les 24 à 48 heures. J’ai déjà eu recours à ce service deux fois. On m’a rappelé rapidement, dans les délais annoncés. Et on a répondu à toutes mes questions. De plus, le service est courtois et professionnel.

 

Bye Bye gluten!

Bon, maintenant qu’on a notre diagnostique et qu’on sait que l’on doit manger sans gluten, la première étape est d’éliminer tout le gluten de la maison…

Dans mon cas, ça s’est fait un samedi, et en version « à l’envers ». J’suis allée magasiner mon sans gluten avant de faire la place pour. Pas ma meilleure idée. Donc, j’ai commencé par vider tout le garde-manger et j’ai lu chaque étiquette un à un. J’ai mis de côté tout ce qui contenant du gluten, ainsi que tout les pots « sans » mais dans lesquels j’aurais pu avoir tremper un couteau ou une cuillère qui aurait touché à du gluten. (ex: beurrer sa toast et remettre le couteau dans le pot de beurre d’arachide= contamination croisée) Vous pouvez vous référer à ma liste des « pseudos » du gluten pour vérifier vos étiquettes.

https://glutencie.wordpress.com/les-pseudos-du-gluten/

Ensuite, j’ai fait de même pour le frigo et le congélateur. Ensuite, j’ai tout nettoyé et désinfecté à fond au cas où il resterait des miettes de quelque chose au fond d’une tablette et j’ai tout rangé le nouveau… Voici ce que j’ai éliminé, pour ne pas le gaspiller, j’ai tout emmené à mes parents.

Vous serez surpris de tout ce qui contient du gluten sans qu’on le sache. Comme les épices, le bouillon de poulet, les vinaigrettes à salade, les marinades et les sauces. Le vinaigre aussi, et même le beurre d’arachide.

72365_10151118494205916_376410124_n

La photo n’est pas très nette, je l’ai prise avec mon BlackBerry. Pour vous donner une idée, ça a rempli la banquette arrière de ma bagnole…

De retour chez moi, j’ai fait une liste de ce qui me manquait, et j’ai commencé mes recherches de g-free. C’est, selon moi, l’étape la plus difficile et la raison pour laquelle j’ai voulu créer ce blog. Pour aider des débutants à découvrir de nouveaux aliments qui remplaceront ceux qu’ils doivent éliminer. Dans mes prochains posts, je parlerai des boutiques où j’aime aller et qui m’ont permis de peu à peu recommencer à manger comme « avant » et refaire les recettes que j’aimais.

En plus d’éliminer la nourriture contaminée, on recommande de changer de toaster, c’est impossible de retirer toutes les miettes, de changer les ustensiles de bois, ils sont poreux et gardent des traces de gluten, changer de planche à pain si elle est poreuse, et de passoire.

Les « pseudos » du gluten

Un petit mot pour vous aviser que je viens d’ajouter une liste des « pseudos » sous lequel se cache le gluten dans la barre en haut, comme ça, elle sera toujours facilement accessible. J’espère que cela vous aidera, et n’oubliez pas de toujours bien vérifier les étiquettes. Même celles des produits que vous achetez fréquemment, les recettes changent et les compagnies ne sont pas obligées de nous avertir.

https://glutencie.wordpress.com/les-pseudos-du-gluten/