The Keg Steakhouse+Bar

Quand j’ai appris que je devais désormais manger sans gluten, j’ai cru que je n’irais plus jamais au resto. Le risque me semblait trop grand et ma diète trop compliquée. Après un moment, j’ai commencé à faire des recherches sur les restos offrant la possibilité de manger sans gluten. Le Keg en faisait partie, j’avais lu leur menu et gardé l’idée en tête. Il y a quelques semaines, une de mes bonnes amies avait une envie de manger un steak, un vrai de vrai steak. Alors j’ai téléphoné au Keg et posé les questions habituelles:

  • Quels sont vos options sans gluten?
  • Comment gérez-vous les risques de contamination croisée?
  • Utilisez-vous des noix dans la cuisine?

Les réponses étant satisfaisantes, on a décidé d’y aller. Dès mon arrivée, j’ai précisée à notre serveuse mes allergies. Elle m’a demandé un moment et est allée s’informer pour être certaine de ce que je pouvais commander. Elle est revenue quelques minutes plus tard avec les infos demandées. Elle s’était informée à la cuisine, donc, à la source. Puis, elle m’a expliqué qu’avant de rentrer ma commande, un gérant viendrait me voir, prendre les informations sur mes allergies et ce que je désirais manger et qu’il irait parler directement au cuisinier responsable de ma commande. Impressionnant, n’est-ce pas?

Comme je sors rarement dans ce genre de resto, et surtout, que j’avais plusieurs choix et non l’habituel "viande tout nu" ou "salade avec huile et vinaigre balsamique", je me suis gâtée. Salade avec sauce ranch, steak manhattan et frites. Un instant à peine après avoir passé ma commande, un gérant est venu me voir avec un beau sourire. Lire ici que je ne sentais pas que je leur causais un problème. Il m’a dit qu’il avait parlé avec le cuisinier et que mes choix étaient corrects. Il m’a donné son nom et m’a dit que si j’avais des questions, je pouvais faire appel à lui. 

Un moment plus tard, un cuisinier est venu me porter mon assiette directement à ma table, suivi par la serveuse amenant celles de mes amies. Il tenait mon assiette avec un linge propre. Dès que l’assiette d’une personne allergique est prête, on l’amène à sa table pour éviter qu’elle soit contaminée. 

Mon repas était délicieux. Et le plus beau, je mangeais comme tout le monde, et avec du goût! Et encore mieux, le gérant est revenu me voir au dessert pour me nommer mes choix! J’ai donc eu un dessert. Je ne me souviens plus des autres choix, mais j’ai pu manger une crème brûlée. C’était la première fois que je mangeais ça et c’était très très très bon. 

Je suis sortie de ce resto avec un immense sourire. Oui, c’est plus cher, mais quel service! J’aime ça aller dans un resto où je sens qu’on fait attention à moi et qu’on ne me voit pas comme une source de problèmes. Qu’un me sourit plutôt que de lire dans leurs yeux que j’aurais dû rester chez moi avec mes allergies… 

J’y suis retournée avec une autre amie cette semaine et encore une fois, super service. Ma fête a beau être dans six mois, je sais où je veux aller!!! 

Avez-vous essayé ce resto? Comment avez-vous trouvé votre expérience?? 

En visite sans gluten!

Ça y est, je suis enfin en vacances, et ça fait du bien. Malheureusement, mes vacances commencent sur une contamination croisée… Samedi matin, je me suis réveillée en courant pour me rendre à la salle de bain. Le retour de ma vieille amie, la diarrhée. Désolée du mot un peu "cru", mais c’est la réalité quand on est coeliaque…

J’avais un bbq de prévu avec des amis et j’ai cru devoir l’annuler. Pendant l’avant-midi, j’ai dû me rendre à plusieurs reprises à la salle de bain en 3e vitesse. J’ai failli appeler quelqu’un pour qu’il m’amène des imodium. Mais finalement, ça a diminué assez pour que je me rende moi-même à la pharmacie et discute avec la pharmacienne. Sa première réaction a été une rage contre les compagnies qui ne sont pas tenues d’indiquer la présence de gluten dans un médicament s’il n’est pas un des ingrédients. Donc la contamination croisée n’est pas indiquée, ce qui complique la chose. Elle m’a donc donné son opinion sincère:" achète cette "patente-là (ses mots exacts!), appelle la compagnie, si y’a un problème, viens me voir, je te l’échange!" Elle m’a aussi dit de boire beaucoup de Gatorade.

De retour chez moi, je fais plusieurs recherches pour finalement découvrir que l’Imodium Advanced est le seul qui peut contenir des traces de gluten. Retour à la pharmacie pour faire un échange. Aussitôt qu’elle m’a vu, la pharmacienne est venue vers moi en me demandant si j’allais bien. Je lui ai expliqué et elle a fait l’échange. J’ai donc pu aller à mon bbq!

Vers 3h, je suis partie, armée de mon Gatorade, et portant un sac rempli de nourriture pour aller à mon premier bbq sans gluten. Pour pouvoir manger avec eux, j’avais préparé ma viande en papillote. Le papier d’aluminium servant à protéger ma nourriture du gluten de celle des autres. J’avais donc fait un filet de porc badigeonné de moutarde de dijon et sauce soya, arrosé d’un peu d’huile d’olive pour pas que ça colle, mis un mélange de fines herbes sur le dessus, de l’ail, et quelques légumes. (20 minutes en tournant souvent!). J’avais aussi amené mes collations. (chips, carottes, yogourt…)

Dès mon arrivée, j’ai lavé mes mains. Puis, on a grignotté en discutant sur le patio. Plus tard, baignade. Puis le mari de mon amie a cuisiné la viande. Je lui ai demandé de laisser ma viande dans le papier d’aluminium. Il doutait un peu du résultat, surtout qu’il ne pouvait pas voir la cuisson, mais l’a fait.

Puis, relavage de main. Une fois la viande prête, j’ai déballé et fait tomber ma viande dans mon assiette pour ne pas qu’elle touche au reste. Mon amie avait fait cuire du riz, dans lequel elle a mis du beurre venant d’un pot neuf pour ne pas qu’il y ait de miettes dedans, et du sel, et poivre en grain. J’ai donc pu manger leur riz. Mon repas était super bon, et j’ai eu beaucoup de plaisir.

Plus tard, ils ont mangé des guimauves sur le feu. Mais je n’ai pas pu les manger. La prochaine fois, j’amènerai les miennes. Ma soirée fut très agréable. Avec un peu de préparation d’avance, j’ai pu manger un repas sur le bbq, sécuritaire, et passer une belle soirée avec des amis.

Le lendemain, j’avais une épluchette de blé d’inde chez ma marraine. Une autre première. Je n’ai pas été manger dans ma famille (sauf mes parents!) depuis que je suis diagnostiquée coeliaque. J’ai eu des occasions, mais je ne me sentais pas prête. Hier, je l’étais, et même heureuse d’y aller. J’avais déjà prévue de manger le reste de mon filet de porc. Et j’attendais de voir comment serait préparé le maïs pour voir si j’en prenais ou pas.

Le matin même, j’ai décidé de préparer un brownie (le mélange de Glutino) pour avoir un dessert, et en même temps, le partager et faire découvrir aux braves goûteurs que sans gluten n’est pas toujours sans plaisir. Ça se prépare rapidement, et c’est bon! Comme glaçage, je fais fondre des pépites de chocolats Enjoy Life sur le dessus.

Une fois de plus, je suis partie avec un grand sac pour amener tout ça, mais ça valait la peine de savoir que je pourrais manger sans crainte et qu’en plus, j’avais quelque chose à partager! Une fois sur place, j’ai rangé tout ça à part des autres pour éviter un contact quelconque. J’avais mis des fridge pack dans mon sac pour ne pas avoir à utiliser le frigidaire commun. Pour le dessert, ma mère a eu l’idée de le cacher dans leur glacière vide.

Je ne vous cache pas que ça a été un peu difficile de voir tout le monde grignotter des oeufs farcis, des trempettes etc, mais je pensais à mon dessert et je savais que j’avais quelque chose de bon qui s’en venait. Comme tout le monde participait à l’épluchage, je n’ai pas osé envoyer tout le monde laver leur main alors je n’en ai pas mangé. J’ai pensé à en rincer un, mais vu la contamination de la veille, je me sentais plus fragile et me suis dit que ce serait risqué. J’aurais aussi pu m’en faire un ou deux au micro-onde, mais encore là, il y avait la problématique du beurre commun. Alors j’ai seulement mangé mon lunch assis un peu à l’écart.

J’ai eu droit à quelques questions, mais rien de déplacé, et surtout, c’était des questions par souci de savoir ce qui m’arrive et sans aucun jugement. Plus tard, quand tout le monde mangeait du dessert, j’ai été sortir le mien et ai été voir tout le monde pour leur en offrir. Ils ont tous acceptés d’y goûter et je les servais moi-même pour que mon plat ne soit pas contaminé. Je n’ai pas voulu le mettre sur la table des desserts. Ils l’ont tous trouvé bon, et étaient même surpris de ne pas voir de différence. Mission accomplie. Ensuite j’ai mangé mon morceau et ai rangé le reste dans la glacière.

Quand ma marraine a servi le café, j’ai vérifié que sa machine n’avait jamais fait autre chose que des cafés pures. Les cafés aromatisés peuvent contenir du gluten et/ ou des allergènes comme des noix. Elle n’en fait jamais alors j’en ai pris. Comme son sucrier se trouvait sur la table des desserts près de muffins aux amandes, j’ai été lui demander si elle avait du sucre ailleur. Elle n’utilise jamais une cuillère ayant servi à autre chose avec, je pouvais en prendre. Elle m’a aussi sorti une cuillère propre.

Bref, tout le monde a bien réagi. J’avoue que j’avais quelques craintes, les gens pensant souvent qu’il s’agit d’une mode, ou qu’on exagère avec des détails. Mais ma famille a bien compris, et m’ont fait un bel accueil. J’ai bien profité de ma journée!

Et vous, comment ça s’est passé dans votre famille élargie après votre diagnostic?

Maison Cannelle – Problème de distribution

Tel que posté sur le forum de la FQMC:

AVIS À TOUS: Nous avons un gros problème de distribution…AUCUN de nos produits n’a été délisté ou discontinué, tel qu’inscrit dans certaines épiceries. Si vous n’arrivez pas à trouver nos produits, nous vous demandons une chose importante: dites-nous le via Facebook ou par courriel edupont@maisoncannelle.com
Nous vous en remercions sincèrement.
Élisabeth
Propriétaire, La Maison Cannelle

Épicerie Louise Sans Gluten

J’étais certaine d’avoir déjà mentionné cette épicerie, mais étrangement, je ne retrouve plus le post… Toujours est-il que j’y suis retournée aujourd’hui. Et là, je dois absolument vous en parler!

Louise Sans Gluten est une épicerie située à Dorval. On la trouve dans un petit centre d’achats, tout près d’un Tim Hortons. Si vous passez dans le coin, faites le détour, vous serez surpris! (et heureux!)

J’aime bien faire le tour des boutiques sans gluten puisque dans chaque boutique, on trouve des produits différents. Mais souvent, la section sans gluten n’est pas si grande. Chez "Louise", il n’y a que ça! Mais en plus, chaque fois que j’y vais, la sélection est différente. Je suppose donc qu’elle élimine ce qui en se vend pas pour ne garder que ce qui se vend et essayer de nouvelles choses, pour notre plus grand bonheur!

Vous y trouverez un grand choix de produits surgelés, des marques populaires et d’autres que j’essaierai éventuellement, si elles sont sans noix, etc… Je crois même avoir aperçu des desserts à l’unité dans un des frigos, mais comme je ne rentrais pas directement chez moi, j’ai regardé vite…

Par contre, pour les produits "tablettes", j’ai pris mon temps. Il y avait plusieurs produits que je ne connaissais pas! Dont, ce qui m’a fait sourire, un grand choix de vinaigrette…! Pour les mamans ayant de jeunes enfants, il y a plusieurs choix que je verrais bien dans les lunchs, ou pour amener dans la sacoche, pour des sorties ou encore en avion.

Le gros plus du Louise, c’est qu’ils ont aussi des produits de boulangerie/pâtisseries cuisinés sur place! À noter qu’ils utilisent des noix dans la cuisine, mais la propriétaire, qui est aussi présidente de l’Association Canadienne de la Maladie Coeliaque (ACC) (et avec qui j’ai eu une conversation très intéressante), m’a assuré qu’ils nettoient tout avant de faire certains produits. (Prenez la peine de vous informer avant d’acheter pour votre sécurité!). Par exemple, avant de faire les pains baguettes les mercredis, vendredis et samedis. Il y a une très belle variété, j’ai vu des gauffres, des pains, des gâteaux, des biscuits. Je vous jure que lorsque mon allergie aux noix disparaîtra (j’ai confiance!), je me ferai une joie d’y goûter! Ils offrent même des cours de cuisine!

Voici une petite photo de mes trouvailles du jour!

wpid-20140805_174216.jpg

On y voit le pamphlet de la boutique, une farine de sarrasin sans allergènes (miam, des crêpes!), des biscuits graham, des "chipits" au chocolat noir et ma surprise du jour, des genre de pop tarts!!! Sur la boîte des pop tarts, un bracelet sur lequel se lit " certified gluten free" et http://www.celiac.ca que je vais porter fièrement. Une amusante façon de faire connaître la maladie et l’ACC! Ils se vendent au coût de 2$ chez Louise !

Encore des tests… mais ce sont les derniers!

Pour ceux et celles qui suivent la saga de mon estomac, j’ai enfin passé les derniers tests. Si ceux0là ne démontrent rien, le médecin dit que je n’aurai pas d’autre choix que de vivre avec. C’est ce qu’on appelle une douleur "fonctionnelle". Par contre, depuis que j’ai diminué le fructose, je vois déjà une grande différence.

Je devais passer deux tests ce jour-là. Une prise de sang pour évaluer mon taux de gastrine, et un test en médecine nucléaire, dans le but de voir comment ma bile s’écoule et si quelque chose la ralentit ou la bloque. Pour les deux tests, je devais être à jeun, mais pour celui de la bile, je devais aussi prendre un repas gras la veille.

Comme je devais être à jeun, et que je suis hypoglycémique, ma mère m’accompagnait. On est arrivé tôt, une chance, je devais refaire ma carte d’hôpital. J’avais rendez-vous pour le test en médecine nucléaire mais pas pour la prise de sang. C’est donc celui-là que je passais en premier.

Le test est simple, on se couche sur une table, et une machine qui ressemble à celle utilisé pour passer des radiographies descend près de nous, mais ne nous touche pas. Ensuite, un technicien injecte un liquide radioactif qui n’a aucun effet secondaire dans une veine. Je n’ai pas des veines très apparentes alors elle a dû injecter dans mon poignet, et elle a réussi du premier coup! Ensuite, c’est le plus difficile, une heure d’attente sans bouger. Mais comme j’étais à jeun et que j’avais mangé gras la veille donc mal dormi, je devais me retenir de m’endormir, ce qui m’aurait fait bouger. Inutile de dire que j’étais heureuse d’en finir… je l’étais moins quand on m’a annoncé quelques minutes plus tard que je devais refaire le test. Il me fallait maintenant manger un repas grand, attendre deux heures et retourner pour une heure dans la machine.

Ma mère et moi, on a eu la même réaction. Qu’est-ce que j’allais trouver de gras, sans gluten, sans noix et sans arachides dans un hôpital? La technicienne a vu nos expressions et nous a demandé pourquoi. Ma mère lui a expliqué ma situation. Elle a réfléchi un moment et nous a suggéré un oeuf et du yogourt.

Avant de manger, je devais passer ma prise de sang. Il y avait un peu d’attente, mais ce ne fut pas trop long. Et l’infirmier était comique. Il m’a aussi expliqué qu’une fois le sans prélevé. Il devait être mis sur la glace et un autre infirmier l’amènerait directement au labo où il serait mis dans une centrifugeuse! Comme je n’étais pas trop rassuré étant donné que lors de mes dernières prises de sang, j’ai failli perdre connaissance après que l’infirmière ait "shaké" l’aiguille dans ma veine, il a blagué tout le long!

On s’est ensuite rendu au café de l’hôpital qu’elle nous a indiqué et j’ai eu un très bon service. La bénévole qui s’occupe de la cuisine m’a proposé de me faire un oeuf au micro-onde dans un bol, et quand on lui a expliqué que je devais manger gras pour un test, elle y a jouté une tranche de fromage. Ma mère m’a aussi pris un café plein de crème. Puis on a trouvé un chips lay’s et une aero. Avec tout ça, j’avais assez de gras. Maintenant, deux heures d’attente. On est retourné au département de médecine nucléaire et on nous a donné une heure de retour.

Pour ne pas payer deux fois le stationnement, on s’est promené dans la boutique de l’hôpital et le petit centre d’achats en face. Puis on est allé voir ce que la cafétéria servait, et on est finalement retourné au café où ma mère a dîné. À l’heure prévue, on est retourné en médecine nucléaire. Après un peu d’attente, c’était mon tour. J’ai demandé si ma mère pouvait venir et ils ont accepté. Le technicien, en voyant mes veines, a rappelé la technicienne du matin, et c’est elle qui m’a fait mon injection, puis il m’a mis une couverture sur les jambes. Il a approché une chaise pour ma mère et c’était parti pour une seconde heure. Comme j’avais mangé, je ne m’endormais plus. Et ma mère pouvait me parler un peu, et me dire combien de temps il restait. Une fois terminé, j’ai pu quitter l’hôpital.

J’aurai les résultats de tout ça le 22 août! Mais en attendant, mon RGO va beaucoup mieux depuis que j’évite le fructose!