The Keg Steakhouse+Bar

Quand j’ai appris que je devais désormais manger sans gluten, j’ai cru que je n’irais plus jamais au resto. Le risque me semblait trop grand et ma diète trop compliquée. Après un moment, j’ai commencé à faire des recherches sur les restos offrant la possibilité de manger sans gluten. Le Keg en faisait partie, j’avais lu leur menu et gardé l’idée en tête. Il y a quelques semaines, une de mes bonnes amies avait une envie de manger un steak, un vrai de vrai steak. Alors j’ai téléphoné au Keg et posé les questions habituelles:

  • Quels sont vos options sans gluten?
  • Comment gérez-vous les risques de contamination croisée?
  • Utilisez-vous des noix dans la cuisine?

Les réponses étant satisfaisantes, on a décidé d’y aller. Dès mon arrivée, j’ai précisée à notre serveuse mes allergies. Elle m’a demandé un moment et est allée s’informer pour être certaine de ce que je pouvais commander. Elle est revenue quelques minutes plus tard avec les infos demandées. Elle s’était informée à la cuisine, donc, à la source. Puis, elle m’a expliqué qu’avant de rentrer ma commande, un gérant viendrait me voir, prendre les informations sur mes allergies et ce que je désirais manger et qu’il irait parler directement au cuisinier responsable de ma commande. Impressionnant, n’est-ce pas?

Comme je sors rarement dans ce genre de resto, et surtout, que j’avais plusieurs choix et non l’habituel « viande tout nu » ou « salade avec huile et vinaigre balsamique », je me suis gâtée. Salade avec sauce ranch, steak manhattan et frites. Un instant à peine après avoir passé ma commande, un gérant est venu me voir avec un beau sourire. Lire ici que je ne sentais pas que je leur causais un problème. Il m’a dit qu’il avait parlé avec le cuisinier et que mes choix étaient corrects. Il m’a donné son nom et m’a dit que si j’avais des questions, je pouvais faire appel à lui. 

Un moment plus tard, un cuisinier est venu me porter mon assiette directement à ma table, suivi par la serveuse amenant celles de mes amies. Il tenait mon assiette avec un linge propre. Dès que l’assiette d’une personne allergique est prête, on l’amène à sa table pour éviter qu’elle soit contaminée. 

Mon repas était délicieux. Et le plus beau, je mangeais comme tout le monde, et avec du goût! Et encore mieux, le gérant est revenu me voir au dessert pour me nommer mes choix! J’ai donc eu un dessert. Je ne me souviens plus des autres choix, mais j’ai pu manger une crème brûlée. C’était la première fois que je mangeais ça et c’était très très très bon. 

Je suis sortie de ce resto avec un immense sourire. Oui, c’est plus cher, mais quel service! J’aime ça aller dans un resto où je sens qu’on fait attention à moi et qu’on ne me voit pas comme une source de problèmes. Qu’un me sourit plutôt que de lire dans leurs yeux que j’aurais dû rester chez moi avec mes allergies… 

J’y suis retournée avec une autre amie cette semaine et encore une fois, super service. Ma fête a beau être dans six mois, je sais où je veux aller!!! 

Avez-vous essayé ce resto? Comment avez-vous trouvé votre expérience?? 

Publicités

En visite sans gluten!

Ça y est, je suis enfin en vacances, et ça fait du bien. Malheureusement, mes vacances commencent sur une contamination croisée… Samedi matin, je me suis réveillée en courant pour me rendre à la salle de bain. Le retour de ma vieille amie, la diarrhée. Désolée du mot un peu « cru », mais c’est la réalité quand on est coeliaque…

J’avais un bbq de prévu avec des amis et j’ai cru devoir l’annuler. Pendant l’avant-midi, j’ai dû me rendre à plusieurs reprises à la salle de bain en 3e vitesse. J’ai failli appeler quelqu’un pour qu’il m’amène des imodium. Mais finalement, ça a diminué assez pour que je me rende moi-même à la pharmacie et discute avec la pharmacienne. Sa première réaction a été une rage contre les compagnies qui ne sont pas tenues d’indiquer la présence de gluten dans un médicament s’il n’est pas un des ingrédients. Donc la contamination croisée n’est pas indiquée, ce qui complique la chose. Elle m’a donc donné son opinion sincère: » achète cette « patente-là (ses mots exacts!), appelle la compagnie, si y’a un problème, viens me voir, je te l’échange! » Elle m’a aussi dit de boire beaucoup de Gatorade.

De retour chez moi, je fais plusieurs recherches pour finalement découvrir que l’Imodium Advanced est le seul qui peut contenir des traces de gluten. Retour à la pharmacie pour faire un échange. Aussitôt qu’elle m’a vu, la pharmacienne est venue vers moi en me demandant si j’allais bien. Je lui ai expliqué et elle a fait l’échange. J’ai donc pu aller à mon bbq!

Vers 3h, je suis partie, armée de mon Gatorade, et portant un sac rempli de nourriture pour aller à mon premier bbq sans gluten. Pour pouvoir manger avec eux, j’avais préparé ma viande en papillote. Le papier d’aluminium servant à protéger ma nourriture du gluten de celle des autres. J’avais donc fait un filet de porc badigeonné de moutarde de dijon et sauce soya, arrosé d’un peu d’huile d’olive pour pas que ça colle, mis un mélange de fines herbes sur le dessus, de l’ail, et quelques légumes. (20 minutes en tournant souvent!). J’avais aussi amené mes collations. (chips, carottes, yogourt…)

Dès mon arrivée, j’ai lavé mes mains. Puis, on a grignotté en discutant sur le patio. Plus tard, baignade. Puis le mari de mon amie a cuisiné la viande. Je lui ai demandé de laisser ma viande dans le papier d’aluminium. Il doutait un peu du résultat, surtout qu’il ne pouvait pas voir la cuisson, mais l’a fait.

Puis, relavage de main. Une fois la viande prête, j’ai déballé et fait tomber ma viande dans mon assiette pour ne pas qu’elle touche au reste. Mon amie avait fait cuire du riz, dans lequel elle a mis du beurre venant d’un pot neuf pour ne pas qu’il y ait de miettes dedans, et du sel, et poivre en grain. J’ai donc pu manger leur riz. Mon repas était super bon, et j’ai eu beaucoup de plaisir.

Plus tard, ils ont mangé des guimauves sur le feu. Mais je n’ai pas pu les manger. La prochaine fois, j’amènerai les miennes. Ma soirée fut très agréable. Avec un peu de préparation d’avance, j’ai pu manger un repas sur le bbq, sécuritaire, et passer une belle soirée avec des amis.

Le lendemain, j’avais une épluchette de blé d’inde chez ma marraine. Une autre première. Je n’ai pas été manger dans ma famille (sauf mes parents!) depuis que je suis diagnostiquée coeliaque. J’ai eu des occasions, mais je ne me sentais pas prête. Hier, je l’étais, et même heureuse d’y aller. J’avais déjà prévue de manger le reste de mon filet de porc. Et j’attendais de voir comment serait préparé le maïs pour voir si j’en prenais ou pas.

Le matin même, j’ai décidé de préparer un brownie (le mélange de Glutino) pour avoir un dessert, et en même temps, le partager et faire découvrir aux braves goûteurs que sans gluten n’est pas toujours sans plaisir. Ça se prépare rapidement, et c’est bon! Comme glaçage, je fais fondre des pépites de chocolats Enjoy Life sur le dessus.

Une fois de plus, je suis partie avec un grand sac pour amener tout ça, mais ça valait la peine de savoir que je pourrais manger sans crainte et qu’en plus, j’avais quelque chose à partager! Une fois sur place, j’ai rangé tout ça à part des autres pour éviter un contact quelconque. J’avais mis des fridge pack dans mon sac pour ne pas avoir à utiliser le frigidaire commun. Pour le dessert, ma mère a eu l’idée de le cacher dans leur glacière vide.

Je ne vous cache pas que ça a été un peu difficile de voir tout le monde grignotter des oeufs farcis, des trempettes etc, mais je pensais à mon dessert et je savais que j’avais quelque chose de bon qui s’en venait. Comme tout le monde participait à l’épluchage, je n’ai pas osé envoyer tout le monde laver leur main alors je n’en ai pas mangé. J’ai pensé à en rincer un, mais vu la contamination de la veille, je me sentais plus fragile et me suis dit que ce serait risqué. J’aurais aussi pu m’en faire un ou deux au micro-onde, mais encore là, il y avait la problématique du beurre commun. Alors j’ai seulement mangé mon lunch assis un peu à l’écart.

J’ai eu droit à quelques questions, mais rien de déplacé, et surtout, c’était des questions par souci de savoir ce qui m’arrive et sans aucun jugement. Plus tard, quand tout le monde mangeait du dessert, j’ai été sortir le mien et ai été voir tout le monde pour leur en offrir. Ils ont tous acceptés d’y goûter et je les servais moi-même pour que mon plat ne soit pas contaminé. Je n’ai pas voulu le mettre sur la table des desserts. Ils l’ont tous trouvé bon, et étaient même surpris de ne pas voir de différence. Mission accomplie. Ensuite j’ai mangé mon morceau et ai rangé le reste dans la glacière.

Quand ma marraine a servi le café, j’ai vérifié que sa machine n’avait jamais fait autre chose que des cafés pures. Les cafés aromatisés peuvent contenir du gluten et/ ou des allergènes comme des noix. Elle n’en fait jamais alors j’en ai pris. Comme son sucrier se trouvait sur la table des desserts près de muffins aux amandes, j’ai été lui demander si elle avait du sucre ailleur. Elle n’utilise jamais une cuillère ayant servi à autre chose avec, je pouvais en prendre. Elle m’a aussi sorti une cuillère propre.

Bref, tout le monde a bien réagi. J’avoue que j’avais quelques craintes, les gens pensant souvent qu’il s’agit d’une mode, ou qu’on exagère avec des détails. Mais ma famille a bien compris, et m’ont fait un bel accueil. J’ai bien profité de ma journée!

Et vous, comment ça s’est passé dans votre famille élargie après votre diagnostic?

Voyager avec des allergies

Dans ma vie d’avant (avant la maladie coeliaque, les allergies et intolérances), j’ai voyagé quelques fois. Enfant, nous partions en famille. Puis adulte, j’ai voyagé seule une fois. J’ai adoré l’expérience, même si j’ai une phobie intense de l’avion. Ensuite, c’était trop compliqué, je n’avais pas les sous… et c’était toujours remis à plus tard. Plus tard. Plus tard, la maladie coeliaque a été identifiée (après plusieurs années de recherche) suivie par une allergie aux noix etc. Plus tard, ce n’était plus juste compliqué, c’était risquée. Épeurant.

Puis IL est arrivé dans ma vie. Il voyage. Beaucoup. Il aime ça, et n’a peur de rien. Et moi, je le veux dans ma vie. On a commencé par se voir, se fréquenter et parler de tout. Il me parlait de ses voyages, je lui expliquais comment vivre sans gluten et noix. Il a compris, et s’est adapté pour que les moments qu’on passait ensemble je puisse penser à autre chose que mes allergies. On se voyait de plus en plus souvent et je ne voulais pas que mes restrictions alimentaires m’empêchent de passer du temps avec lui, ou complique notre relation.

Puis, un matin, pour la première fois depuis des mois, et même des années, j’ai pensé à voyager sans que l’angoisse ne me prenne. L’idée a fait son chemin dans ma tête. Rien de gros. Juste 2 ou 3 jours. Je voulais qu’Il sache que je pouvais le faire. Vaincre ma peur pour faire quelque chose qu’il aime, et qu’on le fasse ensemble. Je voulais qu’il voit la force qu’il me donne sans le savoir. J’ai pris le temps d’y penser, voir tous les angles, comment me protéger, et que ça se vive bien. Quand j’ai été certaine de mon idée et que je ne m’imposais pas quelque chose qui me ferait vivre plus d’anxiété que de joie, je lui en ai parlé. Il a dit oui, et étonnamment, j’envisageais ces quelques jours avec joie.

Les semaines suivantes, j’ai fait des recherches. J’avais déjà dans l’idée de louer un endroit où je pourrais cuisiner et donc, me sentir « safe » si aucun restaurant autour ne pouvait m’accommoder. Et surtout, pour les déjeuners. Car déjeuner au resto sans gluten et sans noix se résume souvent à des fruits. Et comme je dois réduire le fructose en raison du reflux, c’était pas tentant. Mes parents ayant déjà loué un condo dans le coin de Tremblant, c’est là que nous avons décidé d’aller.

J’ai pris le temps de faire des recherches sur les restos des alentours. Aucun ne proposait de menu sans gluten, mais la plupart offraient des salades. Un menu facilement adaptable. Puis, j’ai emprunté une glacière et commencé à faire une liste de ce qui s’amenait facilement.

  • Pâtes et sauce (Barilla et Classico)
  • Viande hachée et pain hamburger ainsi que condiments
  • Pain
  • Fromage à la crème et confiture
  • Céréale et lait
  • Jus
  • Biscuits et barres Udi’s
  • Sachets de craquelins
  • etc

J’avais aussi emmené mes sacs à toaster et un repas tout prêt à mettre au micro-onde. Par sécurité, j’avais emmené mon savon à vaisselle et un tampon à récurer neuf. Je relavais tout avant usage. Ça peut sembler maniaque mais ça prend quelques secondes de plus pour me calmer l’esprit.

Dans mes bagages, j’avais aussi tous mes savons, produits pour le corps, etc. Pas envie de me retrouver avec un rash en vacances. Dans mon sac à main, j’avais des « wipes ». En cas d’urgence, c’est mieux que rien. Il faut prendre le temps de bien passer dans les plis de la main par contre. Quand la table est sale, un coup rapide, et on peut arrêter d’y penser…

Je ne partais que pour 3 jours et 2 nuits, pourtant j’avais une valise pleine, un bagage à mains, un sac de nourriture et une glacière. Beaucoup de stock, mais qui m’ont permis de passer 3 journées vraiment agréable et en me sentant presque normale…

La première journée, on est tombé sur des amis à la montagne. On a décidé de manger ensemble. J’ai dû faire le tour des cartes des restaurants et m’informer à quelques endroits. Puis j’ai choisi le seul où l’on m’a accueilli sans que je sente que mes restrictions seraient un gros ennui. Le serveur m’a simplement dit  » Je peux te faire une salade au pire! », avec un sourire bien content d’avoir une solution à me proposer. On a passé une superbe soirée et j’ai très bien mangé. (La vinaigrette n’était pas sans gluten alors j’ai demandé de l’huile et du vinaigre balsamique)

Les autres repas ont majoritairement été pris au condo. Une bonne organisation, se préparer d’avance pour avoir le temps de penser à tout, ou presque, et j’ai pu décrocher du quotidien pendant trois belles journées.

Quels sont vos trucs lorsque vous partez en voyage? 

Ottavio Ville St-Laurent

Il y a presqu’un an (déjà!), j’avais eu la chance de passer une magnifique journée avec mes parents et de tester le restaurant Ottavio de Laval. Et récemment, j’ai testé celui de Ville-St-Laurent.

Encore, une fois, ce fut une très agréable expérience! Nous avions prévu cette sortie depuis un moment, attendant de trouver le moment idéal pour bien profiter de la sortie. Mon amie avait pris le temps d’éplucher le menu en avance, et avait hâte de découvrir ce restaurant.

Le point fort de ce restaurant c’est qu’ils font de la nourriture sans gluten et de la nourriture régulière. Le menu sans gluten est expliqué clairement dans le menu, on a pas à poser une douzaine de questions pour trouver ce qui est sans gluten dans le menu, et expliquer de long en large nos besoins et les risques de la contamination croisée. Tout le personnel connaît et comprend la maladie coeliaque. De plus, une partie de la cuisine est dédiée à la cuisine sans gluten, donc c’est vraiment sécuritaire.

Ce qui m’a impressionnée à ma dernière visite, c’est qu’ils sont vraiment conscients des allergies pas seulement au niveau du gluten. Mon amie s’informait s’il y a des noix de pin dans leur pesto, et il lui a aussitôt demandé si elle est allergique!

Comme la dernière fois, j’ai eu droit à mon couvert rouge puisque je suis coeliaque. J’ai commandé des penne bolognese à manger sur place, et une pizza, que j’ai goûté mais j’ai ramené le reste. (Pour éviter une contamination croisée, le serveur amène la boîte et on l’emballe nous-même.) J’ai aussi pris une salade césar en entrée et, pour mon plus grand plaisir, la mousse au chocolat ne contient pas de noix, alors j’en ai pris une pour dessert. Un autre plaisir, leur pain sans gluten se vend maintenant en sac de 10, congelés! J’en ai donc pris aussi. Mon amie a pris des capelli au brie avec du prosciutto rôti et un tas de légumes grillés qu’elle a adoré.

Après plus d’un an, j’ai savouré ma pizza avec plaisir. Et même réchauffé, c’était encore bon. On peut aussi acheter la pâte congelé, comme les pains! J’étais contente de manger du pepperoni, je n’en ai jamais vu du sans gluten dans les épiceries de mon coin. Mais j’ai préféré, et de loin, mes pâtes bolognese. La sauce était plus que délicieuse. J’ai mangé à en avoir mal au ventre, incapable de gaspiller une sauce aussi bonne.

Le service est bien aussi. Un peu lent, mais le resto était plein, vraiment plein. Sinon, ils sont polis, souriants et bien renseigné. Ils connaissent leur menu, et répondent aux questions sans avoir l’air tanné de répéter les mêmes choses. Quand j’ai demandé pour les noix dans le dessert, il hésitait et a été s’informer en cuisine.

Ce resto est de loin mon favori, mais comme il est un peu cher, je n’y vais qu’à l’occasion. Mon amie a tellement aimé son expérience qu’on a décidé d’y aller ensemble une fois par année.

Y êtes-vous déjà allé? Qu’avez-vous mangé et comment avez-vous trouvé votre expérience?

Un grand événement et un muffin

La semaine dernière, j’étais invitée à un mariage. Évidemment, j’étais super contente de recevoir cette invitation, mais viens aussi la question de : »comment j’vais faire pour manger sans gluten et sans noix dans un événement comme ça? »

Au début, je pensais amener mon lunch, mais encore là, de nombreuses questions:  » Où est-ce que je vais le ranger? Si je le laisse dans la voiture, est-ce qu’elle sera accessible? Va-t-il bien se conserver? Qu’est-ce que j’emmène? »

Je n’avais pas beaucoup de renseignements sur la salle et le lieu. Est-ce que je pourrais avoir accès à un micro-onde? Etc. Finalement, on a reçu les cartons d’invitation, et comme nous allions être deux coeliaque, il y avait un plat principal sans gluten. Un stress de moins. Reste la question des noix. On savait maintenant où la réception aurait lieu, j’ai donc pu contacter la place. Au départ, ils devaient mettre des noix dans les plateaux de fromage pour la déco, ils les ont retiré pour ma sécurité. En leur parlant, j’ai su que les gâteaux contenaient des traces de noix, mais que le risotto serait faire à part et ne risquait pas la contamination. Et qu’ils me prépareraient une salade de fruits pour remplacer mon dessert.

Quand j’ai vu ma nutritionniste, elle était bien contente pour moi des efforts qu’ils mettaient pour ma sécurité, mais m’a quand même suggéré de préparer un lunch et d’aller vérifier en arrivant en posant des questions et même, si possible, en essayant de jeter un oeil à la cuisine.

Quand je suis arrivée, je suis allée m’informer au gérant de la cuisine. À chaque table il y avait un carton avec notre nom et à l’arrière, notre menu. « Allergies » aurait dû être écrit sur le mien. Ce n’était pas le cas. Il a donc été en cuisine s’assurer que toutes les précautions seraient prises. J’ai précisé que pour le gluten, le moindre contact suffisait à me rendre malade. J’ai été agréablement surprise de leurs efforts, et de leur écoute. Plus tard, il est revenu me voir de lui-même pour me dire qu’il avait vérifié et que tout allait bien. En m’assoyant, j’ai vu qu’on avait ajouté « ALLERGIES » sur mon carton.

Quand l’entrée est arrivée, une soupe, j’ai demandé si elle contenait du gluten et expliqué ma situation. On m’a emmené une salade à la place. Je ne m’y attendais pas! Je suis donc allée avertir l’autre coeliaque qui était contente de l’apprendre. Ensuite, j’ai mangé mon risotto qui était vraiment bon. Puis vint le moment du dessert. Mais j’avais prévu le coup! Dans mon lunch, j’avais mis des muffins au citron de Udi’s. 

Ils sont délicieux! J’en ai offert un à l’autre personne coeliaque qui ne les connaissait pas. Elle était très contente et les a adoré. Elle m’a demandé le nom et où les trouver. Depuis, je les ai fait goûter par deux personnes qui ne sont pas coeliaques et qui les ont beaucoup aimé.

Évidemment, ils sont différents des muffins réguliers, mais ils sont quand même délicieux. Ils ont une texture un peu caoutchouteuse, mais moelleuse. Et gros plus, sans noix et sans produits laitiers. Udi’s fait aussi d’autres sortes de muffins. (Bleuets et chocolats aussi très bons!) Ça m’a permis d’avoir moi aussi un petit dessert et de me sentir moins à part.

Finalement, après avoir stressé plusieurs mois d’avance sur le « comment j’vais me nourrir? », je dirais que ça s’est plutôt bien passé. Il a fallu que je reste vigilante, que je m’informe et que je planifie, mais finalement, ça n’a pas occupé toute ma pensée. J’ai pu profiter de la soirée et manger avec plaisir. Je pense que la clé, c’est d’appeler en avance, expliquer notre situation, et comme ma nutritionniste le recommande, revérifier une fois sur place.

Et vous, comment gérez-vous les grands événements? Amenez-vous un lunch?

Un bon petit déjeuner chez Cora!

 

Que fait une coeliaque dans un resto déjeuner? Il y a du gluten dans le pain, les crêpes, les gauffres, les saucisses, le bacon, les épices des pommes de terre… et sans compter le risque de contamination croisée! Drôle d’idée hein? Et si je vous dis qu’en plus, c’est moi qui avait organisé ce déjeuner?

Eh oui, j’avais envie de faire une petite sortie avec mes collègues, et mon resto habituel qui servait du sans gluten a fermé. J’ai pris le bottin et appelé les restos déjeuner de mon coin, et posé mes questions:

  • Servez vous des produits sans gluten?
  • Que faites-vous pour contrôler les risques de contamination croisée?
  • Que faites-vous quand vous avez un client qui doit manger sans gluten?
  • Servez-vous des aliments contenants des noix?
  • Utilisez-vous des noix dans la cuisine?
  • Qu’est-ce que je pourrais manger dans votre restaurant?

Un des restos m’a clairement dit qu’ils ne me recommandaient pas de venir, et me serviraient seulement des fruits et du yogourt. Un oeuf cuit à part? Non…

Puis la gérante du Cora a retourné mon appel et m’a dit qu’ils ont parfois des clients coeliaques, et que si j’amène mon pain, on pourra regarder le menu ensemble et trouver un arrangement. Je n’ai pas senti que mes restrictions étaient un problème pour elle mais plutôt une belle ouverture.

Le matin même, j’ai préparé mon pain dans mes « toaster pockets » , et je me suis rendue au restaurant. J’étais la première arrivée. La serveuse est venue m’offrir du café. J’en ai profité pour préciser mes allergies. Elle m’a fait un beau sourire, m’a dit de regarder le menu et qu’on en parlerait, et m’a précisé que les galettes de sarrasin sont sans gluten.

Mes amies sont arrivées, on a jasé, puis elle est revenue prendre nos commandes. J’ai donc pris les galettes de sarrasin avec des fruits (en précisant pas d’ananas), puis j’ai demandé si les smoothies ne contenaient que des fruits, du jus et du yogourt. Elle m’a dit que c’était sans risque pour moi, et a pris mes toasts. Elle m’a expliqué l’organisation dans la cuisine, tout est par section pour éviter les contacts.

Une autre serveuse est revenue avec mon smoothie, décoré d’un ananas. Je lui dis que je suis allergique, elle me dit : « T’as juste à l’enlever! »

Je répète que je suis allergique, et elle me dit, sec: » Ok, pis j’fais quoi là? » Ce à quoi je réponds que j’avais bien précisé mon allergie. Elle repart et va voir ma serveuse qui lui dit que c’est vrai et d’en refaire un. En passant, un conseil, quand ça arrive, garder le plat contaminé pour vous assurer qu’on ne fait pas que retirer l’allergène.

Ma serveuse est revenue en s’excusant et m’a ramené un autre smoothie. Elle m’a alors demandé si je voulais beurrer mes toasts. J’ai demandé si le beurre avait un contact avec les autres aliments, alors elle m’a amené des petits « cups ».

Mes crêpes étaient délicieuses. En payant 1$, j’ai eu droit à un « cup » de vrai sirop scellé, donc pas de contamination! J’ai pu manger agréablement, avec des amies, et ce n’était pas que des fruits et du yogourt.

Tout au long du repas, la serveuse a été souriante et prudente pour ce qui concernait mes allergies. Et a eu de bonnes réactions. Je n’ai pas senti que je compliquais son travail, même si c’était le cas. Elle a eu droit à un bon pourboire pour la remercier!

Je ne dirais pas que j’y retournerai régulièrement, je ne veux pas jouer avec le feu, mais à l’occasion, pour voir des amis et me sentir « normale », pourquoi pas?

Est-ce qu’il vous arrive de déjeuner au resto? Dans ce cas, où allez-vous, et que commandez-vous? 

 

La maladie céliaque perturbe la vie sociale des personnes qui en sont atteintes – UdeMNouvelles

 

Une jeune femme a fait un mémoire sur les effets de la maladie coeliaque sur la vie sociale. L’article explique bien ce par quoi nous passons suite au diagnostic.

La maladie céliaque perturbe la vie sociale des personnes qui en sont atteintes – UdeMNouvelles.